Thèse soutenue

La forme urbaine et la multifonctionnalité de l'agriculture périurbaine : cas de l'agglomération de Conakry

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mohamed Saliou Camara
Direction : José SerranoAlpha Issaga Pallé Diallo
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Aménagement
Date : Soutenance le 15/06/2023
Etablissement(s) : Tours en cotutelle avec Université Gamal Abdel Nasser (Conakry)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de la Société : Territoires, Économie et Droit (Centre-Val de Loire ; 2018-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Cités Territoires Environnement et Sociétés (Tours ; 2004-....)
Jury : Président / Présidente : Amirou Diallo
Examinateurs / Examinatrices : Isabelle Duvernoy
Rapporteurs / Rapporteuses : Jean-Louis Yengué, Abdoulaye Barry

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse porte sur la multifonctionnalité de l’agriculture périurbaine de l’agglomération de Conakry, capitale de la Guinée. Notre objectif est de saisir les conditions du maintien de l’agriculture dans cette l’agglomération. La méthodologie a été bâtie sur quatre méthodes : la télédétection, l’enquête par questionnaires, les entrevues semi-dirigées et l’analyse documentaire. Les résultats montrent que sur la période de 1990 à 2020, les espaces agricoles ont connu une forte régression passant de 82,38 km² en 1990 à 19,46 km² en 2020. L’évaluation des fonctions présente des fonctions économiques importantes pour les exploitations agroforestières et les fermes d’élevage. La riziculture et le maraichage ont des fonctions sociales plus importantes. Les espaces agricoles sont au centre des stratégies du nouveau schéma directeur d’urbanisation du projet de Région Métropolitaine. L’interprétation de ces résultats permet d’identifier quatre facteurs de maintien de l’agriculture dans l’agglomération de Conakry : (i) sa capacité à assurer des fonctions d’approvisionnement de la ville et de revenus suffisants pour les agriculteurs, soutenue par une activité industrielle ou semi-industrielle ; (ii) la pratique de l’agriculture périurbaine dans des espaces « frein naturel » à l’urbanisation (zones non constructibles) et qui satisfait les stratégies de pluriactivité des ménages qui la pratiquent ; (iii) une sécurité du statut foncier de l’exploitation agricole et (iv) la prise en compte de cette agriculture dans les politiques urbaines au-delà du simple zonage de protection des espaces agricoles et sa portée par des acteurs institutionnels et/ou des réseaux internationaux. L’originalité de cette thèse consiste en l’évaluation des fonctions de l’agriculture périurbaine, suivant l’approche intégrée de la multifonctionnalité, à travers les perceptions et attentes de plusieurs acteurs qui se situent à diverses échelles de l’agglomération.