Thèse soutenue

Localisation en temps réel des ARN viraux au cours de l’infection chez Drosophila melanogaster

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Matthieu Bellet
Direction : Carine Meignin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie
Date : Soutenance le 04/07/2023
Etablissement(s) : Strasbourg
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale des Sciences de la vie et de la santé (Strasbourg ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Modèles Insectes de l'Immunité Innée (Strasbourg)
Jury : Président / Présidente : Emilie Brasset
Examinateurs / Examinatrices : Stéphanie Blandin
Rapporteurs / Rapporteuses : Emilie Brasset, Raphaël Gaudin

Résumé

FR  |  
EN

La pandémie actuelle nous rappelle à quel point les virus sont une menace pour la société et qu’il est important de les étudier. Pour contrecarrer les infections virales, les organismes hôtes ont développé différents mécanismes antiviraux. Chez les invertébrés, la voie de l’ARN interférence est la voie principale de l’immunité innée antivirale. Chez Drosophila melanogaster, cette voie repose sur trois protéines principales : Dicer-2, R2D2 et Argonaute2 (AGO2). Plus précisément, Dicer-2 reconnait et clive les ARN double brins en duplex ARN de 21 nucléotides. Puis, avec l’aide de R2D2, ce duplex est pris en charge par AGO2, l’endonucléase permettant la dégradation des ARN cibles. Aujourd’hui, très peu d’approches permettent la détection en temps réel des infections virales limitant ainsi l’étude de la dynamique des interactions hôte-virus. J’ai développé un réplicon codant la polymérase virale du Flock house virus (FHV RdRp) étiquetée avec la GFP (RdRpGFP). La RdRp est l’enzyme virale permettant la synthèse et l’amplification des ARN viraux colocalisant ainsi avec ces derniers. La RdRpGFP du réplicon localise avec les mitochondries comme la RdRp du virus FHV. J’ai démontré que la protéine RdRpGFP est fonctionnelle en synthétisant les ARN sens et antisens récapitulant ainsi les premières étapes de la réplication. Ce résultat ouvre la voie au développement de virus codant des ARN polymérases fluorescentes, permettant ainsi le suivi de la synthèse des ARN viraux. J’ai également commencé l’optimisation d’une approche utilisant des aptamères fluorogéniques afin de marquer directement les ARN en cellules de drosophile. Bien que prometteuse cette approche nécessite encore des mises au point pour être appliquée in vivo. Ces outils développés pourront être appliqués à d’autres virus dans le but d’améliorer nos connaissances des infections virales et de comprendre leur dynamique.