Thèse soutenue

Impact de la fraction stromale vasculaire du tissu adipeux pour la régénération de la muqueuse intestinale dans le syndrome gastro-intestinal radio-induit

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Lydia Bensemmane
Direction : Christine LinardXavier Treton
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie moléculaire et cellulaire
Date : Soutenance le 11/05/2023
Etablissement(s) : Sorbonne université
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Physiologie, Physiopathologie et Thérapeutique (Paris ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire de radiobiologie des expositions médicales (IRSN) (Fontenay-aux-Roses ; 2017-....)
Jury : Président / Présidente : Onnik Agbulut
Examinateurs / Examinatrices : Vanessa Petit, Sébastien Banzet
Rapporteurs / Rapporteuses : Serge Candeias, Nathalie Rouas-Freiss

Résumé

FR  |  
EN

L'exposition aux rayonnements ionisants suite à un accident d'irradiation ou un acte de malveillance peut concerner à la fois des personnes civiles et militaires. Cette exposition peut engendrer des conséquences graves sur la santé des personnes exposées et impacter potentiellement un grand nombre de personnes. Chez l'homme, les doses supérieures à 6 Gy sur un large volume induisent principalement une destruction de la moelle osseuse et des lésions gastrointestinales, entraînant diarrhée, déshydratation, septicémie et hémorragie intestinale avec une mortalité dans les 10 à 15 jours suivant l'exposition. Ce syndrome létal induit la perte de cellules souches intestinales (CSI) et entrave ainsi la régénération épithéliale. L'épithélium intestinal ainsi endommagé entraîne une rupture de la barrière favorisant l'influx systémique d'agents pathogènes bactériens. Ces symptômes gastro-intestinaux sont collectivement connus sous le nom de syndrome gastro-intestinal radio-induit (SGI). Engageant rapidement le pronostic vital, le SGI est encore aujourd'hui face à un mur thérapeutique et sa prise en charge n'est que symptomatique. De plus, les délais d'intervention pour le traitement des personnes irradiées est primordiale et il existe un besoin énorme de mesures thérapeutiques efficaces et rapides. Le traitement par des produits dérivés du tissu adipeux et plus particulièrement la fraction stromale-vasculaire (SVF) est compatible avec des traitements d'urgence (pouvant être préparée à proximité du bloc opératoire et sans culture cellulaire). Les retombées potentielles de cette étude seront importantes pour la prise en charge médicale et rapide des personnes irradiées présentant un SGI. L'objectif de cette thèse est d'identifier les cibles cellulaires du traitement par la SVF dans un environnement intestinal déficitaire en cellules souches intestinales induit par l'irradiation et d'évaluer le rôle et l'importance des cellules myélo-monocytaires de l'hôte dans les interactions stroma-cellules souches intestinales pour la régénération intestinale chez la souris. La première étape est axée sur l'évaluation des cellules intestinales cibles du traitement du SGI par la SVF. La deuxième étude consistera à évaluer le rôle des monocytes/macrophages dans le SGI et leur participation dans les effets thérapeutiques induit par la SVF. Cette étude a permis de montrer un effet direct de la SVF sur le compartiment cellule souche et que la coopération entre le monocyte de la SVF et le monocyte de l'hôte est nécessaire pour assurer l'efficacité de la SVF pour le SGI.