Thèse soutenue

Macrobe, Saturnales – Livre I : édition, traduction et commentaire

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Tristan Isaac
Direction : Vincent ZariniBenjamin Goldlust
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études latines
Date : Soutenance le 08/12/2023
Etablissement(s) : Sorbonne université
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : LEM Laboratoire d’études sur les Monothéismes (Paris ; 1998-....)
Jury : Président / Présidente : Bruno Poulle
Rapporteurs / Rapporteuses : Agnès Molinier-Arbo, Sylvie Laigneau-Fontaine

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse porte sur les Saturnales (Saturnalia) de Macrobe, auteur d’expression latine du Ve siècle après J.-C., et plus précisément sur le premier de sept livres qui composent l’ouvrage selon son découpage traditionnel. Elle consiste, d’abord, dans une édition du texte sur la base de quatorze manuscrits : une introduction codicologique en pose les principes, le texte est accompagné d’un apparat positif et les choix éditoriaux sont discutés en notes ; est également proposée une traduction nouvelle qui intègre les apports de celles, en français, de H. Bornecque (1937) et de Ch. Guittard (1997), ainsi que des traductions en langue étrangère et des recherches menées depuis sur les Saturnales, notamment par B. Goldlust sur la poétique de l’œuvre ; cette thèse présente enfin une synthèse raisonnée des remarques formulées par les précédents éditeurs, traducteurs, annotateurs et critiques des Saturnales, accompagné d’une annotation inédite portant sur la dimension astronomique de l’ouvrage. Ainsi, nous nous sommes employé, dans la partie de notre thèse consacrée au commentaire de l’ouvrage, à élucider, à la lumière de Commentaire sur le Songe de Scipion ainsi que des textes astrologiques et astronomiques de l’Antiquité, les références cosmologiques que convoque Macrobe dans des développements portant principalement sur des questions calendaires ou religieuses, pour ainsi dire en passant, ainsi qu’à éclairer tout l’implicite du vocabulaire spécialisé, quoique parfois faussement familier, que l’auteur emploie dans son ouvrage.