Thèse soutenue

Figures politiques et nouvelles technologies d’information et communications dans un mouvement socio-environnemental dans la région d'Atacama. Fictions politiques au Chili du bicentenaire

FR  |  
EN  |  
ES
Auteur / Autrice : Evelyn Campos Acosta
Direction : Capucine Boidin-CaraviasNicolas RichardAndré Menard
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Anthropologie
Date : Soutenance le 25/04/2023
Etablissement(s) : Paris 3 en cotutelle avec Universidad de Chile
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Europe latine et Amérique latine (Paris ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
Institut : Institut des Hautes Études de l'Amérique latine (Université Paris III)
Jury : Président / Présidente : Christophe Giudicelli
Examinateurs / Examinatrices : Capucine Boidin-Caravias, Nicolas Richard, André Menard, Christophe Giudicelli, Miguel Urrutia, Héctor Morales Morgado
Rapporteurs / Rapporteuses : Miguel Urrutia, Héctor Morales Morgado

Résumé

FR  |  
EN

Depuis l’anthropologie politique, en dialogue avec la sociologie des mouvements sociaux, cette thèse interroge la mise en scène du politique, « en ligne » et au-dehors, d’un mouvement socio-environnemental de la région d’Atacama au nord du Chili, dans le contexte politique du bicentenaire de l’indépendance nationale. Le cas d’étude a fait émerger le lien entre le genre, l’ethnicité et l’environnement sur le terrain politique local et sa mise en scène dans l’espace publique et l’espace virtuel.À partir d’une méthode qualitative en deux étapes : une phase ethnographique qui articule l’ethnographie classique et l’ethnographie virtuelle, et une phase socio-historique qui fait une analyse techno-féministe de longue durée sur l’autorité et les technologies de communication (XVIè au XXè siécle). Dans le contexte de résurgence ethnique Diaguita, les acteurs politiques locaux du mouvement social actualisent les formes politique du passé Indio, dans la mise en scène des figures politiques de l’eau, l'assemblée, l’autorité autochtone, les chefferies féminines et les chercheuses en sciences sociales yanaconas. Des figures politiques qui prennent une autre résonnance lorsque nous les mettons en écho avec une analyse techno-féministe des formes politiques du passé colonial et républicain du territoire.