Thèse soutenue

Écrire et sceller la domination normande du Mezzogiorno (XIe-XIIe siècles)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Guilhem Dorandeu
Direction : Laurent FellerAnnliese Nef
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance le 21/04/2023
Etablissement(s) : Paris 1
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale d'Histoire de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (1998-....)
Jury : Président / Présidente : Jean-Claude Cheynet
Examinateurs / Examinatrices : Laurent Feller, Annliese Nef, Annick Peters-Custot, Vito Loré
Rapporteurs / Rapporteuses : François Bougard

Résumé

FR  |  
EN

La conquête normande de l’Italie méridionale et de la Sicile, initiée dans la première moitié du XIe siècle, a pour conséquence l’implantation de groupes d’individus venus du nord de l’Occident sur des territoires ayant jusqu’alors fait partie d’ensembles politiques lombards, byzantins ou islamiques. Dans ce contexte sud-italien divers culturellement et religieusement, l’instauration ainsi que le maintien de la nouvelle domination s’appuient sur la création de langages politiques inventifs, basés sur l’importation de modèles septentrionaux ainsi que sur la réappropriation ou le rejet de formules locales. À ce titre, les actes de la pratique et leurs sceaux, souvent inédits, apparaissent comme des vecteurs privilégiés de la mise en scène et de la légitimation du pouvoir des conquérants, permettant la constitution de discours documentaires servant l’action politique de leurs auteurs. L’étude des langages diplomatiques de l’Italie normande fournit ainsi un nouveau cadre d’analyse de la mise en place de nouvelles institutions méridionales, complémentaire des sources narratives ou matérielles. Loin d’être cantonnés au rôle de signes de validation ou de simples images du pouvoir, les sceaux apposés sur les chartes sont pleinement inclus dans les langages diplomatiques sud-italiens et forment, avec le texte des documents qu’ils authentifient, des systèmes documentaires à part entière dont le propos est continuellement réactivé par leur exhibition, bien après leur production et leur thésaurisation.