Thèse soutenue

Le sommeil au cours du vieillissement : altérations, corrélats en neuroimagerie et effets de la méditation

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Pierre Champetier
Direction : Géraldine Rauchs
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance le 03/04/2023
Etablissement(s) : Normandie
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Homme, sociétés, risques, territoire (Rouen)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Neuropsychologie et imagerie de la mémoire humaine (Caen ; 2017-....)
établissement de préparation : Université de Caen Normandie (1971-....)
Jury : Président / Présidente : Pierre Denise
Examinateurs / Examinatrices : Christina Schmidt, Thien Thanh Dang-Vu, Julien Doyon, Gaël Chételat, Antoine Lutz
Rapporteurs / Rapporteuses : Christina Schmidt, Thien Thanh Dang-Vu

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

La qualité et la quantité de sommeil déclinent avec l’avancée en âge, impactant le fonctionnement cognitif et augmentant le risque de développer la maladie d’Alzheimer. L’objectif de cette thèse a été de mieux caractériser les modifications du sommeil au cours du vieillissement et leurs effets sur la consolidation mnésique (étude 1), de mettre en évidence les substrats de certaines modifications du sommeil grâce à l'imagerie cérébrale multimodale (étude 2), et d’évaluer les effets de la méditation sur le sommeil (étude 3). Nous montrons pour la première fois une altération du regroupement des fuseaux de sommeil (ondes cérébrales caractéristiques du sommeil lent) au cours du vieillissement, qui corrèle avec une réduction de l’efficacité de la consolidation mnésique et une fragmentation du sommeil lent plus importante. Par ailleurs, nous mettons en évidence des relations opposées entre l’intégrité cérébrale (volume de substance grise et perfusion) et l'activité delta lent (0,5-1 Hz) et rapide (1-4 Hz) au cours du sommeil lent. Enfin, la comparaison du sommeil et de l’activité EEG à l’éveil d’experts méditants et de seniors non méditants révèle des modifications subtiles du sommeil et de la puissance spectrale en sommeil lent, paradoxal ainsi qu’à l’éveil. Dans l’ensemble, nos résultats illustrent la complexité des relations entre altérations du sommeil, mémoire et intégrité cérébrale et suggèrent de modestes effets de la méditation sur le sommeil.