Thèse soutenue

Étude des substrats neurobiologiques de la mémoire de réalité dans la schizophrénie

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Layla Lavallé
Direction : Jérôme BrunelinMarine Mondino
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Neurosciences
Date : Soutenance le 29/03/2023
Etablissement(s) : Lyon 1
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Neurosciences et Cognition (NSCo) (Lyon)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon (Bron ; Saint-Priest-en-Jarez ; 2011-....)
Jury : Président / Présidente : Emmanuel Poulet
Examinateurs / Examinatrices : Jérôme Brunelin, Marine Mondino, Mohamad El Haj, Renaud Jardri, Marcela Perrone-Bertolotti
Rapporteurs / Rapporteuses : Mohamad El Haj, Renaud Jardri

Résumé

FR  |  
EN

Le reality-monitoring désigne notre capacité à nous souvenir de la source perçue ou imaginée d’une information. Le reality-monitoring est un type de mémoire de source, un processus cognitif plus large nous permettant de nous souvenir de la source des informations. La mémoire de source comprend aussi l’internal source-monitoring, qui désigne notre capacité à discriminer deux sources internes, et l’external source-monitoring, qui désigne notre capacité à discriminer deux sources externes. Au niveau cérébral, le reality-monitoring a particulièrement été associé au fonctionnement et à la structure du cortex préfrontal antéro-médian. Le reality-monitoring est déficitaire chez les patients atteints de schizophrénie, et particulièrement chez ceux qui présentent des hallucinations. Ces derniers montrent une altération spécifique appelée « biais d’externalisation », c’est-à-dire qu’ils tendent à attribuer une source externe aux informations de source interne. Cette thèse vise à mieux comprendre l’altération du reality-monitoring dans la schizophrénie. Dans le premier chapitre de ce manuscrit, nous nous sommes intéressés à la spécificité de l’altération du reality-monitoring en adoptant une approche transdiagnostique. Au sein d’une première étude, nous avons établi une revue qualitative des potentielles altérations de la mémoire de source au sein d’une pathologie possédant des caractéristiques communes avec la schizophrénie, le trouble obsessionnel-compulsif. Cette revue a mis en évidence des résultats mixtes et des limites méthodologiques dans l’évaluation de la mémoire de source. Au sein d’une deuxième étude, nous avons directement comparé les performances de mémoire de source entre des patients atteints de trouble obsessionnel-compulsif, des patients atteints de schizophrénie et des contrôles sains. Cette étude a révélé une altération spécifique du reality-monitoring chez les patients avec schizophrénie et une altération partagée de l’internal source-monitoring au sein de ces deux pathologies. Dans le deuxième chapitre de ce manuscrit, nous avons examiné la spécificité de l’altération du reality-monitoring au sein du continuum de la psychose. Au sein d’une troisième étude, nous avons réalisé une méta-analyse des études comparant les performances de reality-monitoring et de self-monitoring entre des individus appartenant à ce continuum, i.e., des individus considérés à risque clinique et/ou génétique de schizophrénie et des individus présentant des hallucinations non-cliniques, et des contrôles. Cette étude a montré que les individus sains inclus dans le continuum de la psychose présentent aussi des altérations du reality-monitoring et du self-monitoring. Le troisième chapitre de ce manuscrit est consacré aux bases cérébrales du reality-monitoring. Au sein d’une quatrième étude, nous avons réalisé une méta-analyse basée sur les coordonnées visant à identifier les régions cérébrales associées fonctionnellement au reality-monitoring, au self-monitoring et de potentielles régions partagées entre ces deux processus. Cette étude a notamment confirmé l’implication du cortex préfrontal antéro-médian dans le reality-monitoring, a associé le self-monitoring à un vaste réseau de régions fronto-temporo-pariétales et a montré une activation partagée du lobule VI du cervelet gauche au sein de ces deux processus. Cette thèse a permis d’approfondir la compréhension du reality-monitoring dans la schizophrénie. Nous en avons détaillé la spécificité en nous intéressant à des groupes cliniques présentant des similitudes avec la schizophrénie, mais aussi en examinant des groupes non-cliniques appartenant au continuum de la psychose. Nous en avons aussi décrit les substrats cérébraux chez le sujet sain et avons notamment pour perspective d’éclairer le lien entre les symptômes cliniques de la schizophrénie, l’altération du reality-monitoring et ses bases structurelles et fonctionnelles.