Thèse soutenue

Exposition à la pollution de l'air : approches causales et inégalités

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Milena Suarez Castillo
Direction : Laurent Gobillon
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance le 13/10/2023
Etablissement(s) : Paris, EHESS
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales
Jury : Président / Présidente : Camille Hémet
Examinateurs / Examinatrices : Camille Hémet, Olivier Deschenes, Florence Jusot, Antoine Dechezleprêtre, Pierre-Yves Geoffard
Rapporteurs / Rapporteuses : Olivier Deschenes, Florence Jusot

Résumé

FR  |  
EN

Les trois chapitres de cette thèse visent à mieux comprendre l’impact de la pollution de l’air sur la santé, en précisant quelles sont les populations les plus affectées, ceci par des approches quasi-expérimentales. Le premier chapitre s’intéresse aux conséquences d’une absence temporaire de transport public, envisagée comme une expérience quasi-naturelle, en termes d’effet sur l’usage du véhicule individuel et son effet sur la congestion de la circulation urbaine, la pollution de l’air, et la transmission virale. Nos résultats, dans les plus grandes aires urbaines françaises, concordent avec les études réalisées dans d’autres pays, ayant conclu à un accroissement significatif des urgences respiratoires à la suite d’une grève dans les transports publics, très vraisemblablement lié à la hausse consécutive de la pollution de l’air. Dans ce premier chapitre, nous illustrons également les interactions avec la propagation virale. Le deuxième chapitre étudie les effets des différentes composantes de la pollution atmosphérique. En procédant à une sélection de variables instrumentales prédictives de cinq polluants de l’air, sélection opérée dans un large ensemble de conditions atmosphériques d’altitude, nous montrons qu’il est possible de séparer leurs effets sur la santé à court terme, et nous détaillons les limites d’une analyse se basant a contrario sur un modèle à un seul polluant. Le troisième chapitre examine les effets différenciés de l’exposition dans la petite enfance à la pollution atmosphérique sur le recours au système de santé. Nous montrons d’abord que des chocs temporaires de pollution de l’air induit par des inversions thermiques augmentent significativement la probabilité d’hospitalisation en urgence pour motif respiratoire, de visite chez le médecin, et de consommation de médicaments liées à des problèmes respiratoires chez le jeune enfant. De plus, les enfants sont loin d’être tous affectés de la même manière : nous montrons, à l’aide de méthode de « machine learning générique », l’existence d’une hétérogénéité, et ses dimensions pertinentes, et étudions ainsi comment la pollution de l’air contribue aux inégalités de santé selon le niveau de vie.