Thèse soutenue

Quatre essais sur les déterminants des inégalités d’accès aux soins en France

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Iñaki Blanco-Cazeaux
Direction : Jérôme WittwerChristophe Bergouignan
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Santé publique Option Intervention et économie de la santé
Date : Soutenance le 07/12/2023
Etablissement(s) : Bordeaux
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sociétés, politique, santé publique (Talence, Gironde ; 2011-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Bordeaux population Health
Jury : Président / Présidente : Florence Jusot
Examinateurs / Examinatrices : Aurélien Dasré
Rapporteurs / Rapporteuses : Sandy Tubeuf, Anne-Laure Samson

Résumé

FR  |  
EN

Réduire les inégalités sociales de santé suppose notamment de faire en sorte que chacun puisse disposer de soins selon sa volonté et ses besoins. De nombreux travaux ont cherché à établir les dimensions déterminant l’accès aux soins. Parmi ces différents facteurs, deux ont une importance particulière au sein du calendrier législatif et les débats publics français : les barrières financières et géographiques. Ainsi, deux expressions à ce propos ont une résonnance collective particulière : le « renoncement aux soins » et les « déserts médicaux ». L’objet de cette thèse est donc d’orienter l’étude des inégalités d’accès aux soins autour de ces deux notions. Le premier chapitre est une revue systématique sur les déterminants du renoncement aux soins pour raisons financières en France. Le deuxième chapitre est une étude quantitative cherchant à comprendre le sur-renoncement aux soins des femmes par rapport aux hommes en France. Le troisième chapitre étudie à l’aide d’économétrie spatiale les évolutions de la localisation des médecins généralistes en France. Le dernier chapitre s’interroge sur l’éventuelle incidence de l’offre de soins sur les mobilités résidentielles des retraités. Les résultats des deux premiers chapitres indiquent que les dimensions déterminant le renoncement aux soins ne sont que partiellement comprises et qu’il en résulte des difficultés interprétatives quant au rôle des caractéristiques sociodémographiques dans la construction des inégalités de renoncement aux soins. Les résultats des deux derniers chapitres soulignent que les médecins généralistes ont une tendance nette à se regrouper avec d’autres types de soins, ce qui génère une polarisation de ces derniers, et que les retraités n’ont pas tendance à suivre les évolutions de l’offre de soins. Sur ces cas-là, il n’apparaît pas de tendance du marché à la réduction des inégalités territoriales d’accessibilité aux soins. Cela pourrait induire la nécessité d’une régulation publique en la matière.