Thèse soutenue

Elèves migrant.e.s plurilingues en classe ordinaire. Identification des leviers et des obstacles pour la formation des enseignant.e.s

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Christine Perego
Direction : Maria CausaMarine Totozani
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Didactique des langues et des cultures
Date : Soutenance le 31/05/2023
Etablissement(s) : Bordeaux 3
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Montaigne-Humanités (Pessac, Gironde ; 2007-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Cognition, langues, langage, ergonomie (Toulouse ; 2006-....)
Jury : Président / Présidente : Freiderikos Valetopoulos
Examinateurs / Examinatrices : Maria Causa, Marine Totozani, Cécile Goï, Frédéric Torterat, Jérémi Sauvage, Stéphanie Galligani
Rapporteurs / Rapporteuses : Cécile Goï, Frédéric Torterat

Résumé

FR  |  
EN

Les conditions migratoires multipliées rendent courante dans les classes la présence d’enfants connaissant d’autres langues que le français. La recherche qui fait l’objet de cette thèse s’enracine dans une expérience de terrain. D’abord enseignante puis formatrice pour les enseignant·e·s recevant des jeunes venu·e·s d’ailleurs, nous nous demandons pourquoi les enseignant·e·s de classe dites « ordinaires », toutes disciplines confondues, a priori convaincu·e·s de la validité des principes d’insertion, d’accueil, de plurilinguisme dans leurs classes, ne mettent pas en pratique ces mêmes principes avec leurs élèves. D’où vient ce divorce entre discours et pratiques ? Notre travail essaie donc de mettre au jour les obstacles qui entraveraient l’avancée des pratiques didactiques d’accueil dans les classes. S’appuyant sur une bibliographie relevant de plusieurs champs scientifiques en connexion et selon une approche prioritairement ethnographique, nous avons réuni un corpus fait de questionnaires et d’entretiens, pour questionner la notion d’inclusion, analyser les discours en présence et les thématiques qui pourraient servir de leviers pour des formations futures. Notre recherche s'inscrit résolument dans une approche sociodidactique qui donne une large place au contexte mondial, européen puis français de la migration. Elle se veut empirique dans son objectif de décrire et d’expliquer sans jugement un phénomène, et affirme un engagement éthique sans lequel on se fourvoie dans une fausse neutralité. Elle se donne enfin comme visée concrète une amélioration de la formation des enseignant·e·s et de l’accueil des enfants plurilingues dans les classes.