Thèse soutenue

La Guerre du Chaco dans la littérature bolivienne : un siècle de (dé)configuration esthétique au service d’un projet national (1933-2018)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Alaïs Le Villain
Direction : Erich Fisbach
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études hispano-américaines
Date : Soutenance le 08/12/2023
Etablissement(s) : Angers
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Art, Lettres, Langues (Le Mans)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire Langues, littératures, linguistique (Le Mans)
Jury : Président / Présidente : Marie-José Hanaï
Examinateurs / Examinatrices : Raúl Caplán
Rapporteurs / Rapporteuses : Dante Barrientos Tecún, Carla Fernandes

Résumé

FR  |  
EN

Notre recherche porte sur les représentations de la guerre du Chaco dans la littérature bolivienne du XXème et du XXIème siècle. Opposant la Bolivie et le Paraguay entre 1932 et 1935 dans la région du Chaco, elle est classée parmi les guerres les plus meurtrières du continent américain. La tragédie majeure réside dans son caractère fratricide justifié par la proximité et les points communs entre les deux pays voisins. Ce conflit est à l’origine d’un courant littéraire national qui s’étend du début de la guerre jusque dans les années soixante. Les écrivains, dont la plupart sont des acteurs ou des témoins directs de la violence massive, forment un ensemble d’intellectuels, surnommé la Génération du Chaco ou l’École vernaculaire, qui tentent de se substituer avec leurs récits à la rhétorique officielle. Les membres de cette Génération analysent depuis les œuvres narratives la prise de conscience nationale qui s’opère principalement sur deux points après le conflit : la question de la place de l’Indien comme représentant de la majorité jusque-là aliénée du projet national et celle de la minorité intellectuelle appelée à diriger la transformation réformiste qui culminera avec la révolution de 1952. Le contexte démocratique favorable de la fin des années quatre-vingt-dix et du début des années 2000 ainsi que l’aspiration collective de s’emparer des questions identitaires nationales et mémorielles, essentiellement menée depuis la sphère politique, stimulent l’émergence d’une nouvelle littérature historique. Cette réminiscence esthétique sur la guerre du Chaco oscille entre une volonté de transgresser les représentations traditionnelles et les codes de l’écriture romanesque mais également la fidélité et l’aspect éducatif du pacte historique. Il s’agit donc de mettre en regard ces deux littératures historiques qui dialoguent à travers une thématique commune, une perspective critique et des questionnements nationalistes.