Thèse soutenue

Gestion écosystémique et durabilité des pêcheries artisanales tropicales face aux changements globaux

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Hélène Gomes
Direction : Fabian BlanchardLuc Doyen
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance le 04/05/2022
Etablissement(s) : Guyane
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Diversités, santé et développement en Amazonie (Cayenne)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Groupe de recherche en économie théorique et appliquée (Pessac, Gironde ; 2007-2021)
Laboratoire : Laboratoire Ecologie, Evolution, Interactions des Systèmes amazoniens (LEEISA ; CNRS ; IFREMER ; Université de Guyane) - Laboratoire Ecologie, Evolution, Interactions des Systèmes amazoniens (LEEISA ; CNRS ; IFREMER ; Université de Guyane) - Groupe de recherche en économie théorique et appliquée (Pessac, Gironde ; 2007-2021)
Jury : Président / Présidente : Valérie Angeon
Examinateurs / Examinatrices : Abdoul Ahad Cissé, Sophie Gourguet, Flávia Lucena-Frédou
Rapporteurs / Rapporteuses : Clara Ulrich-Rescan, Georges Zaccour

Résumé

FR  |  
EN

Les changements globaux induisent de grandes pressions sur les écosystèmes marins, leurbiodiversité et les pêcheries qui en dépendent. Dans ce contexte, de nombreux scientifiquesprônent l'utilisation de l'approche écosystémique pour la gestion de pêches (AEGP). Néanmoins,la manière d’opérationnaliser l’AEGP reste controversée. La thèse apporte des éclairages surl’opérationnalisation de cette dernière pour les pêcheries côtières tropicales.Pour ce faire, nous proposons un modèle de complexité intermédiaire (MICE) multi-espèces,multi-flottilles et multi-critères, prenant en compte les impacts des changements globaux. Lemodèle est calibré pour la pêcherie artisanale côtière guyanaise. A l'échelle guyanaise, leréchauffement climatique, l'augmentation de population humaine et les variations de surface dela mangrove sont considérés comme les déterminants majeurs du changement global. A partirdu modèle calibré, plusieurs stratégies de pêche et scénarios environnementaux sont comparésà long terme. Dans ce cadre, des premiers résultats publiés (chapitre 3) montrent le rôle négatifdu changement climatique à la fois sur la biodiversité marine et la production halieutique. Cestravaux mettent également en évidence le rôle majeur de la compétition entre espèces depoissons. Puis dans le chapitre 4 en comparant les résultats bio-économiques obtenus pourchaque stratégie de pêche, ces travaux mettent en lumière l’intérêt de stratégies d’éco-viabilitéen termes de durabilité et de réconciliation écologico-économique. Les derniers résultatsprésentés dans cette thèse, au chapitre 5, soulignent l’impact positif de la mangrove, bienqu’insuffisant pour compenser l’impact négatif du réchauffement climatique, sur la durabilitéécologico-économique de la pêche côtière. Au-delà de ces résultats, cette thèse apporte unesérie de contributions transversales importantes. En premier lieu, sur le plan méthodologique,ces travaux permettent d'exposer les avantages des MICE pour la mise en place de l’AEGP.Ensuite, en mettant en évidence les facteurs écologiques majeurs de l'écosystème avec d'unepart l'interaction de compétition et d'autre part les filtres environnementaux, les travauxéclairent les complexités écologiques nécessaires à l’AEGP. Enfin, en évaluant et comparant lesperformances écologico-économiques de différentes stratégies de pêche, ces travauxpermettent d'ébaucher des politiques publiques pour avancer vers la durabilité de la pêcheriecôtière guyanaise et vers l’AEGP face aux changements globaux.