Thèse soutenue

La faisabilité d'abord : Epreuves et tactiques de faisabilité dans la mise en œuvre des social impact bonds

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mathilde Pellizzari
Direction : Fabian Muniesa
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences, technologies, sociétés
Date : Soutenance le 02/12/2022
Etablissement(s) : Université Paris sciences et lettres
Ecole(s) doctorale(s) : Ecole doctorale SDOSE (Paris)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre de sociologie de l'innovation (Paris)
établissement de préparation de la thèse : École nationale supérieure des mines (Paris ; 1783-....)
Jury : Président / Présidente : Nicolas Mottis
Examinateurs / Examinatrices : Fabian Muniesa, Liliana Doganova, Andrea Mennicken, Raphaëlle Sebag
Rapporteurs / Rapporteuses : Ève Chiapello, James W. Williams

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse étudie la mise en œuvre des social impact bonds (SIB, contrats à impact en français) d’un point de vue empirique. Les SIB sont des interventions de politique publique sociale dans lesquelles l’Etat finance en fonction de résultats sociaux mesurés. Les SIB sont aussi des outils d’investissement à impact puisque le budget opérationnel des interventions est avancé par des investisseurs, qui retrouvent finalement leur capital et reçoivent un retour sur investissement en cas de bonne performance sociale. Les SIB sont employés dans des secteurs tels que l’emploi, la prison, ou encore l’éducation, dans l’objectif de fournir un accompagnement préventif et innovant à des personnes vulnérables. A partir d’une étude ethnographique du montage de SIB au Chili, en Colombie et en France, la thèse analyse la manière dont les praticiens rendent compte et justifient de leurs activités, défendant le fait que les caractéristiques et les effets des SIB prennent forme à travers la mise en œuvre concrète des projets et les difficultés que cela suppose. L’argument principal de la thèse est le suivant : le montage de SIB est guidé par le problème de la « faisabilité » des projets. Cette notion est vue comme une catégorie vernaculaire et une justification récurrente mise en avant par les praticiens. Pendant le montage des SIB, la faisabilité des SIB est remise en cause dans des « épreuves de faisabilité », c’est-à-dire des moments d’incertitude collective qui impliquent la spécification du contenu politique, technique et moral des SIB. Pour maintenir la faisabilité des projets de SIB, les praticiens ont recours à des « tactiques de faisabilité » : des actions improvisées qui « font avec » les contingences et rendent le montage des SIB faisable.