Thèse soutenue

Etude épidémiologique chez les travailleurs exposés aux rayonnements ionisants dans les centres d’imagerie médicale du Bénin

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Alfred Arnaud Gbetchedji
Direction : Setcheou Rodrigue AllodjiMarcellin Amoussou-GuénouCatherine Luccioni
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Santé publique - épidémiologie
Date : Soutenance le 15/04/2022
Etablissement(s) : université Paris-Saclay
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Santé Publique
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (Villejuif, Val-de-Marne ; 2010-....)
référent : Université Paris-Saclay. Faculté de médecine (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne ; 2020-....)
graduate school : Université Paris-Saclay. Graduate School Santé publique (2020-....)
Jury : Président / Présidente : Eric Deutsch
Examinateurs / Examinatrices : Irina Guseva Canu, Louis Laurent, Blandine Vacquier, Florence Bodeau-Livinec
Rapporteurs / Rapporteuses : Irina Guseva Canu, Louis Laurent

Résumé

FR  |  
EN

Les connaissances sur les effets sanitaires d’une exposition aux rayonnements ionisants proviennent en grande partie d’études épidémiologiques portant sur les survivants des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki. Ces études épidémiologiques ont permis majoritairement de caractériser les effets sanitaires d’une exposition unique aiguë à dose seuil. Si aujourd’hui à travers la littérature, les effets liés à une exposition aiguë sont bien connus, le risque suite à des expositions prolongées à faibles doses de rayonnements ionisants comme chez les travailleurs médicaux n’est pas encore clairement estimé. Dans les pays développés, un suivi dosimétrique individuel des travailleurs a été mis en place depuis plusieurs décennies pour l’enregistrement des doses reçues. Au Bénin, comme dans de nombreux pays d’Afrique, ce suivi dosimétrique individuel des travailleurs n’est pas réalisé. De même, à notre connaissance, aucune étude n’avait été réalisée sur la morbidité à long terme chez les travailleurs exposés aux rayonnements ionisants au Bénin.L’objectif de la thèse visait à évaluer (i) la morbidité chez les travailleurs exposés aux rayonnements ionisants au Bénin, (ii) l’environnement de travail (protection collective), (iii) les niveaux d’exposition individuels et (iv) à étudier de l’association éventuelle entre ces niveaux d’exposition individuels et la morbidité. i) Pour le premier axe nos analyses ont permis de monter des associations entre l’exposition aux rayonnements X dans les salles de radiologie médicale et les maladies des yeux et les masses sous-cutanées. Par ailleurs, la consommation excessive d'alcool avait un risque accru de survenue de masses sous-cutanées. ii) Le second axe s’était focalisé sur l’évaluation de l’efficacité des équipements de protection collective (EPC) mis en place pour la protection des travailleurs au poste de travail (PT). L’analyse des données a révélé que sur 69 postes de travail, 60 avaient des EPC acceptables (équivalents de dose inférieurs à 7,5 µSv sur une heure correspondant au niveau de référence international au PT). iii) Le troisième axe a permis l’estimation de manière rétrospective des doses individuelles reçues par les travailleurs. A partir d’une méthode indirecte de modélisation sur la base des équivalents de doses efficaces enregistrés par des dosimètres d’ambiance posés au poste de travail fournis et lus par l’Institut de Radioprotection du Ghana (RPI/GAEC). La médiane dose efficace cumulée était de 0,82 mSv entre 1972 et 2019.iv) Le dernier axe de la thèse a porté sur l’étude de l’association entre les niveaux de dose efficace cumulée des travailleurs et la morbidité à long-terme. Des différences statistiques significatives ont été montrées entre les doses efficaces cumulées des travailleurs ayant déclarés des évènements de santé (maladies des yeux, MY et les masses sous-cutanées, MS) et ceux n’ayant rien déclarés (P = 0,0005 pour MY ; P = 0,0011 pour MS). De même, un risque significativement plus élevé de MY (P = 0,01) et des MS (P = 0,03) a été mis en évidence chez les travailleurs exposés par rapport aux non exposés, quel que soit le niveau de dose. Cependant, le manque de puissance statistique n’a pas permis de mettre en évidence un excès de risque relatif par mSv significatif (ERR, 0,2 [IC à 95 %, -0,1 ; 0,5]) pour les MY ; (ERR, 0,9 [IC à 95 %, -0,9 ; 2,8]) pour les MS.Cette thèse est une contribution à l’amélioration des connaissances sur les effets sanitaires des expositions à de faibles doses de rayonnements ionisants utilisés dans le secteur médical principalement à la radiologie diagnostique, dans un pays comme le Bénin où la surveillance dosimétrique est encore embryonnaire. Les résultats de nos travaux étaient donc attendus car ils permettent d’apporter des éléments précieux à l’évaluation des normes internationales de radioprotection en ce qui concerne les effets sanitaires radio-induits au Bénin.