Thèse soutenue

Mégara Hyblaea au IVe siècle av. J.-C. : étude d'un corpus fragmentaire de vases à figures rouges sicéliotes provenant du secteur public de la cité

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Macarena Enríquez de Salamanca Alcón
Direction : Natacha LubtchanskyClaude Pouzadoux
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire de l'Art
Date : Soutenance le 09/12/2022
Etablissement(s) : Tours
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Humanités et Langues (Centre-Val de Loire ; 2018-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre tourangeau d'histoire et d'étude des sources (Tours, Indre-et-Loire)
Jury : Président / Présidente : Jean-Christophe Sourisseau
Examinateurs / Examinatrices : Sebastiano Barresi
Rapporteurs / Rapporteuses : Jean-Christophe Sourisseau, Diego Elia

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse propose l'étude et l'analyse d'un corpus, majoritairement, inédit de fragments de vases à figures rouges sicéliotes, décorés de scènes liées à la sphère de Dionysos et d'Aphrodite. Ces fragments sont datés de la seconde moitié du IVe siècle av. J.-C. et proviennent, probablement, du secteur de l'agora de Mégara Hyblaea, une ancienne colonie grecque située en Sicile Orientale. Cette cité a été redécouverte grâce aux fouilles menées par G. Vallet et Fr. Villard entre 1949 et 1978. Suite à sa découverte, Mégara Hyblaea a été l'objet de nombreuses campagnes de fouilles, d'études et de publications qui se sont centrées notamment sur la question des fondations de la cité et sur sa phase archaïque. Au cours des derniers programmes d'études de l'Ecole française de Rome, ont été relancées les recherches concernant le matériel post-archaïque de la cité. Cette thèse s'inscrit dans le cadre de ces programmes ainsi que la collaboration scientifique, établie en 2019, entre l'EfR et le Centre Jean Bérard de Naples (collaboration qui poursuit l'étude de la sélection du matériel réalisée par Fr. Villard). L'objectif de cette thèse est, dans un premier temps, de mesurer l'apport de l'étude du corpus à l'histoire de Mégara au cours de la deuxième moitié du IVe siècle av. J.-C. Dans un second temps, on essaie de contribuer au travail de révision de la production de vases à figures rouges sicéliotes, notamment la révision de l'organisation des différents groupes proposée par A.D. Trendall ainsi que leur datation. Nous cherchons aussi à établir quelques pistes de réflexion sur l'histoire de la fin de la production des figures rouges en Sicile. Pour mener à bien ce projet, le corpus est soumis à une analyse complète - forme du vase, type, iconographie, style, observations préliminaires sur l'argile, contexte de découverte et région de provenance - ainsi qu'à une étude comparative avec les autres productions des régions sicéliotes et italiotes (notamment Campanie et Paestum). Ce travail permet de développer au moins trois volets. Le premier volet met en avant les données matérielles du corpus (formes, types, éléments iconographiques, quantités de matériel, argiles, etc.) et permet de construire une base de travail pour les autres sections de la thèse. Le deuxième volet s'intéresse à l'analyse stylistique d'une partie des fragments du corpus, ce qui permet de proposer des rapprochements stylistiques entre le corpus et le matériel de comparaison et donc d'affiner la datation du corpus. Dans ce volet, est menée la révision de deux groupes appartenant à la production sicéliote (la production du Peintre de Biancavilla et la production du Groupe de Lentini-Manfria). De même, cette partie développe l'identification d'un groupe, possiblement inédit. Finalement, le troisième volet utilise les informations obtenues lors des deux premières parties pour essayer de mieux comprendre le contexte de provenance de notre corpus. Les hypothèses de provenance du matériel se font à différentes échelles (régionale, locale et culturelle) et cherchent à solidifier la place de Mégara Hyblaea dans les réseaux de distribution des vases à figures rouges en Sicile au cours du IVe siècle ainsi que les autres contextes qui pourraient expliquer la présence de notre matériel (sanctuaire, culture théâtrale).