Thèse soutenue

« Sinon ça restera la langue de l’école… » : favoriser l’appropriation sociolinguistique du breton dans les filières bilingues de l’école élémentaire

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Gwenolé Larvol
Direction : Stefan MoalLaurent Gajo
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Langue, littérature et culture bretonnes
Date : Soutenance le 09/12/2022
Etablissement(s) : Rennes 2 en cotutelle avec Université de Genève. Faculté des lettres
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre d'études des langues- territoires et identités culturelles - Bretagne et langues minoritaires / CELTIC-BLM
Jury : Président / Présidente : Isabelle Racine
Examinateurs / Examinatrices : Nelly Blanchard
Rapporteurs / Rapporteuses : Alain Di Meglio, Pierre Escudé

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse étudie le rôle que peut jouer l’école dans le cadre des politiques de revitalisation des langues en situation minoritaire comme le breton. Dans un premier temps, nous proposons de décrire les effets de ces politiques sociétales à un niveau individuel à l’aide du concept d’appropriation sociolinguistique. Pour expliciter le processus d’appropriation sociolinguistique, nous avons proposé un modèle à trois niveaux, sur trois échelles de temps différentes. Nous mettons en relation le niveau hypercontextuel des interactions quotidiennes en breton en classe avec le niveau plus stable de la construction identitaire de l’élève, grâce à un niveau intermédiaire, celui de la motivation. D’autres éléments viennent compléter ce modèle comme les normes des comportements linguistiques, la satisfaction des trois besoins psychologiques de base (théorie de l’autodétermination), les représentations linguistiques et la socialisation linguistique extrascolaire des élèves. Nous avons éprouvé ce modèle à l’aide d’une méthodologie mixte basée à la fois sur des observations de classe, des entretiens avec des élèves et des enseignants, mais également sur une enquête quantitative auprès de 279 élèves de CM2 suivant une scolarité en breton. Enfin, en nous appuyant sur ce modèle et sur nos observations, nous proposons des leviers didactiques susceptibles de favoriser le processus d’appropriation sociolinguistique du breton chez les élèves.