Thèse soutenue

Mémoire Visuelle Collective Inachevée - Liban (1975-1990) : image iconiques manquées

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Myriam Dalal
Direction : Pascale Weber
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Arts plastiques
Date : Soutenance le 24/10/2022
Etablissement(s) : Paris 1
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Arts plastiques, esthétique et sciences de l'art (Paris ; 1998-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Institut ACTE (Paris ; 2012-...)
Jury : Président / Présidente : Hilde van Gelder
Examinateurs / Examinatrices : Pascale Weber, Benjamin Brou Kouadio
Rapporteurs / Rapporteuses : Walid Sadek

Résumé

FR  |  
EN

Partant d’une observation de base sur la société libanaise et son rapport avec l’histoire de la guerre civile, j’ai voulu revisiter le phénomène de « l’amnésie collective » pratiquée par la société subséquemment à la guerre civile. Ce sujet qui fut traité par nombreux artistes et chercheurs depuis 1990, a souvent mis en avant la censure politique et la loi d’amnistie comme raison majeure et ultime de la consécration de cette « amnésie ». Cela dit, et étant donné l’importance qu’occupe l’information visuelle et son enregistrement permanent dans la mémoire individuelle, je cherche à établir, dans cette thèse, le lien de causalité entre l’amnésie et la mémoire collective d’une part, et le registre visuel manqué d’autre part. Je tente de savoir si la documentation et le reportage photo-journalistique libanais en cette période étaient faibles et minimes, et pour quelles raisons ? Cette recherche plastique s’appuie sur des récits autobiographiques, ainsi que des questionnements politiques sur l’image posthume, le droit au deuil, et l’agencement de la mémoire. En exposant continuellement les tensions entre les dimensions individuelles et collectives de l'oubli et de la mémoire par rapport à l'image, de nouvelles questions se posent : quel mort mérite d’être pleurée ? qui en décide et pourquoi ? Cette thèse offre ainsi des réponses à ces questions, tout en présentant mes œuvres plastiques interrogeant l’image posthume, qui cherchent à donner voix aux « Antigones » (les endeuillé(es) réduit(es) au silence).