Thèse soutenue

Les logiques de la victimisation dans l'œuvre narrative de Guy de Maupassant

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Diane Aymard Obono Oyono
Direction : Gilles Bonnet
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Lettres mention langue et littérature françaises
Date : Soutenance le 05/07/2022
Etablissement(s) : Lyon
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Lettres, langues, linguistique, arts (Lyon ; 2007-....)
Partenaire(s) de recherche : Établissement opérateur de soutenance : Université Jean Moulin (Lyon ; 1973-....)
Laboratoire : Marge (Lyon ; 2002-....)
Jury : Président / Présidente : Marie-Rose Scarpa
Examinateurs / Examinatrices : Marie-Rose Scarpa, Marie-Ange Fougère, Thierry Poyet
Rapporteurs / Rapporteuses : Marie-Ange Fougère, Thierry Poyet

Résumé

FR  |  
EN

Les textes de Maupassant mettent en scène des types de personnages dont la marginalité, souvent perceptible en fait des victimes impuissantes d’une altérité qui les dépasse. Le bouc émissaire est le synonyme approximatif du souffre-douleur. Le regard que l’on porte à l’autre détermine notre conception du bouc émissaire. Qu’il devienne le souffre-douleur ou la bête noire, il n’est rien d’autre qu’une solution, une échappatoire et un déversoir capable de répondre à des difficultés sociétales dont l’injustice et la violence sont les derniers ressorts. Comment rendre compte d’un phénomène anthropologique dans le texte littéraire ? Sur quoi repose la victimisation des personnages maupassantiens ? Dans quelle mesure une lecture alliant anthropologie, sémiotique et ethnocritique peut-elle rendre pertinente une autre approche de l’œuvre de Maupassant ? Telles sont les réflexions que soulève notre approche du texte maupassantien. Au sein de cette étude est mise en exergue l’utilité de la théorie mimétique dans les études littéraires notamment celle de dévoiler le mécanisme victimaire, l’existence des boucs émissaires et déceler par le texte littéraire, une certaine lecture de l’effet-idéologie. La victimisation sera ainsi lue comme un mécanisme qui obéit à une structure narrative donnée, par le biais de la nouvelle ou encore du conte victimaire. Notre corpus fait aussi appel à des types de personnages récurrents dont la marginalité participe d’une mise en lumière d’une forme de victimisation collective. Nous examinerons alors comment Maupassant, par ces types récurrents de notre corpus, nous donne à lire une société en pleine crise et donc propice à la résurgence sans cesse répétée du mécanisme victimaire.