Thèse soutenue

De la promotion Voltaire (ENA 1980) à Charlie Hebdo (2015) : présence de Voltaire dans la société et dans les textes (aire française et francophone)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Willy Soumaho Igoumou
Direction : Nicolas Brucker
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Langues, Littératures et Civilisations
Date : Soutenance le 21/10/2022
Etablissement(s) : Université de Lorraine
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Humanités Nouvelles - Fernand Braudel (Lorraine)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : ECRITURES - Centre de Recherche «écritures» (Metz)
Jury : Président / Présidente : Jean-Michel Wittmann
Examinateurs / Examinatrices : Nicolas Brucker, Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, Rotraud von Kulessa, Laurence Macé
Rapporteurs / Rapporteuses : Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, Rotraud von Kulessa

Résumé

FR  |  
EN

La constitution du mythe Voltaire, commencée du vivant de l'écrivain, coïncida dès l'origine avec le mythe des Lumières, et se développa parallèlement à celui-ci. Les notions et valeurs qui lui furent associées devinrent au fil du temps des composantes à part entière de la pensée constitutionnelle française, du discours politique, et plus largement de l'idée de nation. Cette assimilation, qui ne se produisit pas sans déformation, correction ni critique, s'est effectuée par le détour de la littérature, au gré de différentes modalités de réemploi, selon une fortune sérielle et des jeux intertextuels d'une grande complexité. La présente étude examine cette histoire des idées et des textes entre deux repères temporels : 1978, année du bicentenaire de la mort de Voltaire, dont le nom fut donné à une promotion de l'Ecole Nationale d'Administration, qui compta des hauts fonctionnaires, des responsables politiques et des grands patrons qui ont marqué de leur empreinte les trente dernières années ; janvier 2015, date de l'attentat commis au siège de la rédaction du journal satirique Charlie-Hebdo, qui, dans ses combats, s'était souvent revendiqué de la pensée de Voltaire. Tout en inscrivant son enquête dans le temps long de deux siècles de mémoire voltairienne, cette thèse se focalise donc sur un intervalle resserré, dans le champ contemporain, afin d'étudier dans la production littéraire, mais aussi dans le discours social, journalistique et politique, la façon dont est convoquée la référence à la figure de Voltaire, à ses idées, à son œuvre. Elle cherche aussi à mesurer les écarts de réception entre le contexte français et les pays francophones.