Thèse soutenue

Prévention des risques environnementaux : une approche expérimentale

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Sarah Van Driessche
Direction : Eve-Angéline LambertJulien Jacob
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance le 05/12/2022
Etablissement(s) : Université de Lorraine
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale SJPEG - Sciences Juridiques, Politiques, Economiques et de Gestion (Lorraine)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Bureau d'économie théorique et appliquée (Strasbourg)
Jury : Président / Présidente : Sébastien Massoni
Examinateurs / Examinatrices : Eve-Angéline Lambert, Julien Jacob, Astrid Hopfensitz, François Cochard, Giuseppe Attanasi, Lisette Ibanez-Hafkamp
Rapporteurs / Rapporteuses : Astrid Hopfensitz, François Cochard

Résumé

FR  |  
EN

L’évolution des sociétés, qui passe notamment par la mondialisation, la croissance économique, l’urbanisation, etc., les expose à de plus en plus de risques. En particulier, les sociétés sont devenues davantage vulnérables aux risques environnementaux. Les exemples de tels risques sont nombreux : la pollution de l’air, le changement climatique, l’incendie de l’usine AZote Fertilizants, les canicules de juillet et août 2022, etc.Grâce à l’économie expérimentale, le but de cette thèse est d’apporter des recommandations en matière de politique publique afin de limiter la survenance de ces événements. Plus particulièrement, cette thèse vise à trouver des moyens pour réduire collectivement la probabilité que ces risques se produisent.Le premier chapitre évalue l’efficacité de la divulgation d’informations comme moyen de prévention des dommages environnementaux causés par un groupe d’agents. L’intérêt de ce chapitre est de déterminer dans quelle mesure ce mécanisme peut s’avérer efficace lorsqu’il vient en complément des réglementations déjà en place en termes de responsabilité civile. En effet, lorsque plusieurs auteurs sont à l’origine d’un même dommage, il convient de répartir le préjudice entre ces agents selon les règles de partage de la responsabilité. Au moyen d’une expérience en laboratoire, nous comparons l’efficacité de la divulgation d’informations lorsqu’elle s’applique à une règle égalitaire du partage de responsabilité et à une règle proportionnelle. Les résultats montrent que la divulgation d’informations n’est efficace que lorsqu’elle s’applique à un régime de partage de la responsabilité égalitaire.Dans le deuxième chapitre, nous analysons, au moyen d'une expérience en laboratoire, les effets des inégalités de richesse sur le type d'effort que les individus sont prêts à faire pour lutter contre le changement climatique. Les sujets doivent déterminer l'allocation de leurs ressources entre les politiques d'atténuation et d'adaptation. D'un traitement à l'autre, nous modifions la distribution des ressources au sein des groupes de manière à faire varier le degré d'inégalité. Nous montrons que le degré d'inégalité ne modifie pas les contributions de groupe à l'atténuation. Il se trouve que les sujets se conforment à la "fair share rule" et investissent tous la même proportion de leur ressources en atténuation.Le troisième chapitre constitue une extension du deuxième. Nous étudions toujours la relation entre les mesures d'atténuation et d'adaptation en envisageant, cette fois-ci, un cadre risqué et un cadre ambigu par rapport à la probabilité de survenance d'un événement climatique. Nous adressons également la question de la réduction de l’ambiguïté. En effet, dans le dernier traitement, les sujets ont la possibilité d'acheter de l’information afin d'éliminer l’ambiguïté. Les résultats ne montrent pas de différence entre les traitements au niveau des contributions moyennes en atténuation. Au niveau individuel, nous mettons en évidence le rôle des préférences vis-à-vis du risque et de l’ambiguïté dans le choix d’atténuer ou de s'adapter au changement climatique.