Thèse soutenue

Epidémiologie et usage des antibiotiques dans l'endocardite infectieuse : données de l'observatoire national français ObservatoireEI

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Benjamin Lefèvre
Direction : Nelly AgrinierBruno Hoen
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de la vie et de la santé
Date : Soutenance le 22/11/2022
Etablissement(s) : Université de Lorraine
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale BioSE - Biologie, Santé, Environnement
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Adaptation, mesure et évaluation en santé. Approches interdisciplinaires
Jury : Président / Présidente : Leslie Grammatico-Guillon
Examinateurs / Examinatrices : Nelly Agrinier, Bruno Hoen, Damien Jolly, Michel Carles, Catherine Leport
Rapporteurs / Rapporteuses : Damien Jolly, Michel Carles

Résumé

FR  |  
EN

L’endocardite infectieuse est une maladie rare, polymorphe et responsable d’une morbi-mortalité élevée. Depuis sa première description en 1885, son épidémiologie, sa prise en charge et nos connaissances à son sujet n’ont cessé d’évoluer. De nombreuses pistes de recherche sont encore ouvertes et avec cette thèse, nous proposons d’y participer via la description de formes encore peu connues d’endocardites et l’exploration de facteurs pronostiques potentiels de l’endocardite à Staphylococcus aureus avant de s’intéresser à son antibiothérapie.L’observatoire national des endocardites (NCT03272724) a été utilisé pour répondre aux objectifs de cette thèse. Il s’agit d’une cohorte prospective française multicentrique hébergée par le CHRU de Nancy, Inserm, Université de Lorraine, Centre d’Investigation Clinique - Epidémiologie Clinique.Pour chaque patient souffrant d’endocardite, les données suivantes sont colligées : terrain, présentation clinique, complications, données biologiques, d’imageries et échocardiographiques, traitement médico-chirurgical et évolution. Cette thèse se concentre sur les endocardites certaines selon la classification de Duke-Li. Les analyses statistiques (descriptives, comparatives et de survie) ont été réalisées avec les logiciels R version 4.0.2 (The R Foundation for Statistical Computing Platform) ou SAS version 9.4 (SAS Institute, Inc., Cary, NC).Ce projet s’articulait autour de trois axes valorisés sous la forme de 3 articles. Le premier axe, essentiellement descriptif, visait à caractériser les endocardites survenant chez des patients sans cardiopathie prédisposante. Il a permis de décrire ce groupe qui comprenait des patients jeunes, mais fragiles du fait de leurs comorbidités, présentant plus de complications et une mortalité non significativement différente des patients porteurs de cardiopathies prédisposantes au risque d’endocardite. Le second axe, à visée pronostique, avait pour objectif d’identifier des facteurs pronostiques non encore décrits de l’endocardite à Staphylococcus aureus par une méthode mixte, qualitative et quantitative, inspirée de la méthodologie des réunions de morbi-mortalité. Ce projet a permis d’identifier deux facteurs pronostiques potentiels associés au décès (« L’usage d’anti-inflammatoire non stéroïdien avant le diagnostic d’endocardite » et « le non-respect de l’indication de chirurgie cardiaque ») et un facteur associé à la survie (« La diminution de la taille de la végétation au cours de l’antibiothérapie »). Enfin, le troisième axe, à visée essentiellement évaluative, consistait à comparer l’efficacité et la tolérance des pénicillines anti-staphylococciques et de la céfazoline dans l’endocardite à Staphylococcus aureus sensible à la méticilline. Aucune différence n’a été observée entre ces molécules tant en termes d’efficacité que de tolérance.Ces travaux ont donc permis de mieux caractériser les patients atteints d’endocardite sans cardiopathie sous-jacente décelable, d’identifier trois potentiels facteurs pronostiques dans l’endocardite à S aureus. En revanche, ils n’ont pas permis d’argumenter à la faveur d’un traitement antibiotique particulier dans l’endocardite à Staphylococcus aureus sensible à la méticilline. De nombreuses pistes restent à explorer pour mieux comprendre et prendre en charge cette infection.