Thèse soutenue

Vérité et existence chez Jean Hyppolite

FR  |  
EN  |  
IT
Auteur / Autrice : Wilma Pilati
Direction : Emmanuel Cattin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie
Date : Soutenance le 26/03/2021
Etablissement(s) : Sorbonne université en cotutelle avec Università degli studi (Padoue, Italie)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Concepts et langages (Paris)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Métaphysique, histoires, transformations, actualité (Paris)
Jury : Président / Présidente : Dominique Pradelle
Examinateurs / Examinatrices : Gaetano Rametta, Manlio Iofrida, Giovanni Bonacina
Rapporteurs / Rapporteuses : Jean-François Kervégan, Alfredo Ferrarin

Résumé

FR  |  
EN

La recherche concerne l’œuvre et la biographie de Jean Hyppolite. Aujourd’hui l’auteur est connu pour la diffusion des études hégéliens en France et ses célèbres élèves. En visant à montrer l’originalité de sa pensée la recherche identifie sa problématique centrale, le problème des rapports entre la Vérité et l’Existence, et en suit le développement. Initialement Hyppolite la traite sur le plan d’une philosophie de l’histoire grâce à la philosophie hégélienne. L’auteur considère ce problème ainsi que la pensée de Hegel en tant qu’expression des questions principales de son époque. La problématique Vérité et Existence résume les questions des courants philosophiques françaises contemporaines. Plus tard l’auteur l’envisage par contre sur le plan de l’expression comme problème des rapports entre l’ontologie et l’anthropologie. Ainsi il traite également le concept d’histoire de la philosophie, en développant un dialogue avec Gueroult et Merleau-Ponty et proposant une réflexion sur le problème à partir de l’interprétation de Hegel à travers Heidegger. Par là il prend position par rapport au marxisme et à l’existentialisme et grâce à l’étude de Fichte, Hegel, Heidegger et Husserl, il développe une conception de la philosophie comme phénoménologie, comme intermédiaire entre la psychanalyse et l’analyse transcendantale. Cela le conduit à envisager l’histoire de la philosophie en tant qu’histoire de la pensée philosophique. Ce concept rend solidaire les réflexions de Gueroult et de Merleau-Ponty et suggère une conception de phénoménologie transcendantale visant à intégrer l’inhérence historique de la réflexion philosophique au niveau de l’histoire de la philosophie.