Thèse soutenue

Céramique chinoise (1271-1435) et monde iranien : production, diffusion, réception

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Valentina Bruccoleri
Direction : Antoine Gournay
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire de l'art
Date : Soutenance le 16/12/2021
Etablissement(s) : Sorbonne université
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Centre de Recherches sur l’Extrême Orient de Paris-Sorbonne (Paris)
Jury : Président / Présidente : Eloïse Brac de la Perrière
Examinateurs / Examinatrices : Marie Favereau
Rapporteurs / Rapporteuses : Oliver J. Moore, Bing Zhao

Résumé

FR  |  
EN

Les céramiques chinoises produites sous la dynastie Yuan et sous les premiers Ming (1271-1435) ont joué un rôle prépondérant dans les interactions artistiques au sein de l’espace eurasiatique. Leurs voyages sur les routes maritimes et terrestres en firent en même temps des acteurs et des témoins importants des échanges entre mondes chinois et iranien. Après une première partie qui s’interroge sur l’influence des interactions sino-iraniennes sur la production de ces céramiques, en particulier sur la porcelaine de Jingdezhen, l’enjeu est de rassembler les informations dont nous disposons sur les pièces qui circulaient ainsi que sur le contexte socio-politique, et à mieux connaître les lieux et les modalités de leur diffusion. La dernière réflexion est consacrée à la réception des pièces dans le monde iranien, pour mieux comprendre ce qui se passait, pour un grès ou une porcelaine chinoise, une fois arrivée dans une Cour musulmane : comment cette pièce était vue, considérée, présentée et utilisée. Le dernier chapitre de cette partie explore en outre la production de céramique timouride, considérée ici comme exemple et témoin concret de ces échanges artistiques. Cette étude cherche donc à apporter un regard nouveau sur les relations sino-iraniennes et leurs conséquences sur la production de la céramique des Yuan et des premiers Ming, sur sa circulation et sa réception dans le monde iranien.