Thèse soutenue

La Ville et le Jardin : les épicurismes et la res publica d'Amafinius à Julien

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Laurent Anglade
Direction : Martin GalinierClara Auvray-Assayas
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance le 26/06/2021
Etablissement(s) : Perpignan
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale INTER-MED (Perpignan ; 2011-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre de Recherche sur les Sociétés et Environnements en Méditerranées (Perpignan)
Jury : Président / Présidente : Stéphane Benoist
Examinateurs / Examinatrices : Stéphane Benoist, Blandine Colot, Michel Humm, Mireille Courrént
Rapporteurs / Rapporteuses : Blandine Colot, Michel Humm

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Le refus épicurien de la vie publique est presque un topos, tant chez les auteurs anciens que modernes. On étudie alors peu le rapport entre cette philosophie et le fait politique. Pourtant, nombreux sont les épicuriens romains qui ont participé directement au pouvoir : C. Cassius Longinus, L. Manlius Torquatus, L. Calpurnius Piso Caesoninus, etc. Devant une telle contradiction, il faut essayer de comprendre, sans préjugés, les relations complexes entre la philosophie épicurienne et l’État romain.Ce mémoire de thèse se divise en quatre parties principales, qui suivent de près les évolutions de la res publica, de la crise de la fin de la République au tournant chrétien de l'Empire. Cette philosophie supposée en dehors de l'espace politique est en fait présente au cœur des débats politiques et philosophiques de l’État romain pendant plus de six siècles. Déterminer la place de cette philosophie dans la res publica permet ainsi de mieux définir et comprendre l'identité politique de Rome et ses mutations.