L'ontologie des processus dans un modèle cognitif du lexique mental : statut des classificateurs verbaux du mandarin dans le lexique bilingue chinois-français

par Cheng Qian

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Frédéric Isel.

Soutenue le 23-07-2021

à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Connaissance, langage, modélisation (Nanterre) , en partenariat avec Laboratoire MoDyCo (Nanterre) (laboratoire) .

Le président du jury était Georgeta Cislaru.

Le jury était composé de Frédéric Isel, Georgeta Cislaru, Fanny Meunier, Olga Théophanous, Thekla Wiebusch.

Les rapporteurs étaient Fanny Meunier, Olga Théophanous.


  • Résumé

    L’utilisation d’un langage, et aussi, de ce fait, des langues naturelles, repose sur la possibilité de combiner des éléments constitutifs de son vocabulaire selon des règles spécifiques dans des énoncés pourvus de sens. L’ensemble de ces éléments est habituellement appelé « Lexique ». Chez qui peut utiliser un langage sans recourir à un support externe, ce lexique est intériorisé et considéré comme « mental ». L’objectif de cette recherche était de construire un modèle d’un tel « Lexique Mental » .La construction du modèle met à contribution trois sources théoriques : la Linguistique Cognitive, la théorie des cadres (« frames ») dans sa version initiée par Barsalou et ses développements ultérieurs (Löbner), et la catégorisation du réel ainsi que sa formulation axiomatique par les Ontologies Formelles, dont DOLCE et GFO ont été les versions les plus citées.Ce modèle est articulé en trois niveaux (lexical, sémantique et conceptuel) : un lexème (unité lexicale) est rattaché à une ou plusieurs structures sémantiques et inversement (pour rendre compte des notions « champ lexical », polysémie » et « synonymie »), une structure sémantique, rattachée à un modèle cognitif, qui résulte de la factorisation de connaissances encyclopédiques sous l’arbitrage de schémas pré-conceptuels. Nous nous sommes concentrés sur la représentation de processus pour illustrer l’architecture du modèle. De ce fait, nous en avons établi une typologie sur la base de cinq facteurs (composition, gradualité, temporalité, échelle et télicité), que nous avons associé à la modification par quantification de leur structure de base. Ce faisant, nous avons distribué la portée de leurs quantificateurs entre huit variantes (durée, rythme, distance, maximalisation, délai, persistance, itération et fréquence).

  • Titre traduit

    The ontology of processes in a cognitive model of the mental lexicon : the status of Mandarin verbal classifiers in the French-Chinese bilingual lexicon


  • Résumé

    Using any language, be it a natural one or a formal or artificial one, requires the ability to combine its vocabulary in meaningful expressions (or utterances, or statements) following the rules stated by its grammar. The vocabulary used in these expressions counts as the language’s Lexicon. For someone able to use it without accessing some kind of external memory, such a Lexicon must have been internalised and thus qualifies as « mental ». The aim of the present research is to build a model of the Mental Lexicon in the realm of natural language.The construction of such a model has been possible by invoking three different theoretical sources: Cognitive Linguistics, Frame theory as handled by Barsalou and developed by the team led by Löbner, and Formal Ontologies axiomatically categorising reality, such as DOLCE and GFO.The model we set up exhibits three layers: a lexical, a semantic and a conceptual level : a lexeme (or lexical unit) is related to one or more semantic structures (and conversely), which allowed us to account for concepts such as « lexical field », polysemy and synonymy. Semantic structures are further related to cognitive models, which arise by the factoring out of encyclopaedic knowledge governed by pre-conceptual schemata.Our focus within the Mental Lexicon are processes. We have therefore set up a typology of them based on five factors (structure, graduality, timespan, scale and telicity). We further related the six resulting types to the quantification they are compatible with, which we have equally broken up into eight variants: duration, rhythm, distance, maximisation, delay, persistance, iteration and frequency.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.