Figures du deuil et du photographique. Formes du film-essai chez Naomi Kawase, Alain Cavalier et David Perlov

par Isabelle Rèbre

Thèse de doctorat en Études cinématographiques

Sous la direction de Christa Blümlinger.

Le président du jury était Sylvie Rollet.

Le jury était composé de Ophir Levy.

Les rapporteurs étaient Frédérique Berthet, Emmanuel Siety.


  • Résumé

    Cette recherche développe une réflexion autour du photographique dans son lien à la mémoire et au deuil, qu’il soit intime ou d’ordre historique. Elle montre que la photographie est une figure de deuil, autrement dit, elle fait à la fois coupe et lien. A travers un corpus restreint de trois films-essais, elle analyse des figures de deuil et des gestes filmiques singuliers. Dans La Danse des souvenirs (2002), Naomi Kawase est confrontée à une mort intime. L’imbrication de clichés photographiques dans le film produit une suspension qui provoque un renversement dans cette trajectoire dont l’issue semblait fatale. La cinéaste use de la photographie comme une figure de lien qui permet de relier les vivants et les morts. Dans Ce répondeur ne prend pas de messages (1978), Alain Cavalier, incarne un homme endeuillé. Le cinéaste reprend un grand nombre de clichés photographiques tirées de ses archives personnelles, parmi lesquelles des coupures de journaux représentant des cadavres de la guerre. A travers ce geste de reprise, la problématique prend une dimension historique. À l’instar de la photographie devenue ici figure de coupe, le film déploie un ensemble de figures où la rupture insiste, participant d’un jeu de deuil. Avec Le Journal (1973-1982) de David Perlov qui est enserrés entre deux guerres, le texte aborde la problématique dans sa dimension politique. Le cinéaste israélien qui est aussi photographe, utilise différents formats de photographies. A travers les gestes de reprises et de répétitions, le photographique permet une transformation de la figure qui permet la séparation avec un passé traumatique.

  • Titre traduit

    Figures of Mourning and of the Photographic. Essay Film Forms in the Work of Naomi Kawase, Alain Cavalier, and David Perlov


  • Résumé

    This dissertation is a consideration of the photographic in its relation to memory and mourning in both their personal and historical forms. It demonstrates how photography is a figure of mourning; how it is at once a means of connecting and a means of cutting off. Figures of mourning and filmmakers’ unique formal gestures are analyzed through a pared-down corpus of three essay films. In Letter From a Yellow Cherry Blossom (2002), Naomi Kawase is personally confronted with death. Her use of photographic stills provokes an interruption that reverses a seemingly fatal trajectory. Photography is a connecting figure that brings together the living and the dead. In Alain Cavalier’s This Answering Service Takes No Messages (1978), the filmmaker embodies a man in mourning. He uses a number of photographic stills from his personal archives, including newspaper clippings showing cadavers from the Second World War. This gesture of reuse brings out the historical dimension of the issues investigated in this dissertation. Photography becomes a figure of cutting off: the film deploys a number of figures through which rupture is insistent and participates in a process of mourning. In David Perlov’s Diary (1973-1982), a project bookended by two wars, these issues take on a political dimension. The Israeli filmmaker and photographer makes use of a number of photographic formats. Through reuse and repetition, the photographic allows for a transformation of the figure that breaks off from a traumatic past.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.