Thèse soutenue

Construction d’un cadre de référence méthodologique pour piloter des Living Labs forestiers

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Maxence Arnould
Direction : Laure MorelMeriem Fournier
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Génie des systèmes industriels
Date : Soutenance le 08/12/2021
Etablissement(s) : Université de Lorraine
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale SIMPPé - Sciences et ingénierie des molécules, des produits, des procédés, et de l'énergie (Lorraine ; 2018-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Équipe de recherche sur les processus innovatifs (Nancy)
Jury : Président / Présidente : Hubert de Rochambeau
Examinateurs / Examinatrices : Laure Morel, Meriem Fournier, Valérie Lehmann, Gwenola Yannou-Le Bris, Joëlle Mastelic
Rapporteurs / Rapporteuses : Valérie Lehmann, Gwenola Yannou-Le Bris

Résumé

FR  |  
EN

Les forêts françaises sont au cœur d’enjeux historiques, comme la production de bois et le renouvellement du patrimoine forestier, qui aujourd’hui se croisent avec des défis environnementaux, économiques et sociaux dans un contexte de changement climatique et de transition écologique (par exemple, la préservation des sols, de la biodiversité et des ressources en eau, la bioéconomie circulaire, la conception de forêts résilientes face à des risques inédits et extrêmes etc.). Pour répondre à ces enjeux et défis, les décideurs publics ont formulé de nouvelles stratégies nationales et régionales qui traduisent un ensemble d’attentes envers le secteur forestier. Dans ce contexte, décideurs politiques et acteurs forestiers ont pris conscience qu’il était nécessaire d’innover au sein d’écosystèmes complexes d’acteurs, pour s’adapter à cette situation inédite avec cohérence et organisation. L’ambition de cette thèse est donc de démontrer que les approches living Labs, souvent évoquées mais rarement pratiquées avec rigueur et méthode procurent un cadre méthodologique performant et adapté pour impulser cette innovation collective et faire évoluer les usages des acteurs (en matière de gestion sylvicole mais aussi de travail en réseau et de partage d’information). Nous proposons de construire un cadre de référence méthodologique, selon une posture de recherche-action, basée sur l’approche Living Lab pour piloter l’innovation dans des contextes forestiers caractérisés comme complexes, multi-acteurs et multi-échelles (dans le temps et l’espace), territorialisés. Ce travail propose donc un transfert théorique et méthodologique de l’approche Living Lab vers l’amont du secteur forestier au travers de trois études de cas. Des outils particuliers sont développés ou adaptés, tels des personas pour toucher les petits propriétaires privés, les jeux de territoire pour aborder la spatialisation des ressources ou des questionnements. La discussion montre la pertinence de l’approche pour piloter les processus d’innovation dans un contexte forestier multiacteurs, multifonctionnel et incertain, en faisant émerger des idées inédites pour résoudre des points de blocage.