Thèse soutenue

Etude in vitro de la toxicité pulmonaire de la fraction ultrafine des fumées de soudage

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jamila Boudjema
Direction : Guillaume Garçon
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences du médicament et des autres produits de santé
Date : Soutenance le 13/10/2021
Etablissement(s) : Université de Lille (2018-2021)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Biologie-Santé (Lille)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : IMPact de l'Environnement Chimique sur la santé humaine (Lille) - Impact de l'environnement chimique sur la santé humaine - ULR 4483
Jury : Président / Présidente : Régis Matran
Examinateurs / Examinatrices : Christelle Monteil, Catherine Nisse
Rapporteurs / Rapporteuses : Isabelle Baudrimont, Henri Schroeder

Résumé

FR  |  
EN

La fraction particulaire des fumées de soudage (FS) a très récemment été suspectée d’êtrel’un des acteurs majeurs de leurs effets néfastes sur la santé humaine. Cependant, à ce jour,la toxicité de cette fraction n'a pas encore été étudiée de manière approfondie. Notre travailde thèse a consisté à caractériser la fraction ultrafine des FS émises par le soudage à l'arc del’acier inoxydable et à étudier, dans un modèle de cellules épithéliales bronchiques humaines(BEAS-2B), les mécanismes cellulaires et moléculaires impliqués dans sa toxicité pulmonaire.Les particules ultrafines (PUF), générées par le soudage à l'arc de l’acier inoxydable, avaientdes caractéristiques physico-chimiques proches de celles généralement rencontrées en milieuprofessionnel. Nos résultats ont clairement démontré le rôle crucial joué par les PUF des FS,très riche en métaux, dans la production d’un stress oxydant, causant des dommagesoxydatifs, des altérations génétiques et épigénétiques, et activant certaines voies designalisation cellulaire critiques. Ils ont aussi souligné l’urgence d'inclure les PUF des FS dansles futures normes de qualité de l'air.