Thèse soutenue

Evaluation expérimentale du comportement de déplacement des foraminifères benthiques : implications dans les processus de remaniement sédimentaire des écosystèmes intertidaux

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Noémie Deldicq
Direction : Grégory Beaugrand
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie de l'environnement, des organismes, des populations, écologie
Date : Soutenance le 27/05/2021
Etablissement(s) : Université de Lille (2018-2021)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de la matière, du rayonnement et de l'environnement (Lille ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire d'Océanologie et de Géosciences (LOG)
Jury : Président / Présidente : Emmanuelle Geslin
Examinateurs / Examinatrices : Vincent Bouchet, Elisabeth Alve, Olivier Maire, Filip Meysman, Nicolas Spilmont, Laurent Seuront
Rapporteurs / Rapporteuses : Emmanuelle Geslin, Francisco Nascimento

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

L’objectif de cette thèse est de décrire le rôle des foraminifères benthiques dans les processus de bioturbation en se focalisant sur les flux sédimentaires à l’interface eau-sédiment. Plus spécifiquement, les objectifs sont (i) de caractériser le comportement de déplacement à l’interface eau-sédiment des espèces dominants les vasières intertidales des côtes Est de la Manche pour notamment les classer dans les groupes fonctionnels de bioturbation, (ii) de quantifier le remaniement sédimentaire de surface de ces espèces, (iii) de comprendre comment les facteurs biotiques et abiotiques vont moduler le mode et l’intensité du remaniement sédimentaire de l’espèce Haynesina germanica, enfin, (iv) de décrire la dynamique du déplacement verticale, des structures biogéniques et de quantifier le taux de bioturbation de H. germanica. Pour cela, les paramètres suivants ont été mesurés : la distance parcourue, la vitesse de déplacement, la position, l’indice d’activité et la complexité de la trajectoire. La dynamique du déplacement a été étudiée sur les espèces suivantes : Haynesina germanica, Cribroelphidium williamsoni, Quinqueloculina seminulum, Ammonia tepida et Miliammina fusca. Bien que toutes identifiées comme appartenant au groupe fonctionnel des biodiffuseurs, les espèces occupent des positions verticales distinctes dans la colonne sédimentaire. Ainsi, C. williamsoni est un biodiffuseur épifaune, Q. seminulum, M. fusca et H. germanica sont des biodiffuseurs de galeries tandis que A. tepida est un biodiffuseur de surface. Ceci suggère ainsi des effets différents sur la redistribution spatiale des particules. L’intensité du remaniement sédimentaire est contrôlée par les traits spécifiques ainsi que par les facteurs biotiques et abiotiques. En effet, la distance parcourue, la vitesse, le niveau d’activité et la complexité de la trajectoire varient à la fois entre et au sein des espèces. Par conséquent, les taux de remaniement sédimentaire varient aux échelles spécifiques, individuelles et fonctionnelles. Spécifiquement, l’étude d’H. germanica montre que la taille du test, la densité, la température et la concentration en matière organique sont des éléments clefs structurant son activité de bioturbation. Ce travail illustre la capacité des foraminifères benthiques à contribuer au processus de remaniement sédimentaire à l’interface eau-sédiment mais également en profondeur. Il ouvre de nouvelles perspectives sur la compréhension de l’écologie des foraminifères et leur rôle non négligeable dans la bioturbation des écosystèmes intertidaux.