Thèse soutenue

Impact du pré-récolte, du post-récolte et des conditions de séchage sur la qualité des mangues sèches naturelles

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Alioune Diop
Direction : Marc Chillet
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Génie des procédés
Date : Soutenance le 13/12/2021
Etablissement(s) : La Réunion
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences, Technologies et Santé (Saint-Denis, La Réunion ; 2010-...)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Qualisud (La Réunion)
Jury : Président / Présidente : Christophe Vial
Examinateurs / Examinatrices : Hélène Desmorieux, Joseph Bassama, Cyrielle Garcia, Jean-Michel Meot, Mathieu Lechaudel
Rapporteurs / Rapporteuses : Christophe Vial, Nicolas Louka

Résumé

FR  |  
EN

Les mangues sèches naturelles sont très appréciées par les consommateurs pour leurs caractéristiques organoleptiques et l’absence de produit ajouté, sucres ou conservateurs. Cependant, les distributeurs et détaillants déplorent la variabilité de la qualité, surtout pour la couleur qui est le premier critère d’achat. De plus, elles brunissent en quelques semaines de conservation à température ambiante, ce qui les rend moins attractives. Cette thèse apporte des connaissances sur l’élaboration de la qualité des mangues sèches naturelles. Une approche expérimentale combinant différents niveaux de paramètres pré- et post-récolte (choix variétal, avancement dans la saison de production, stade de maturité à la récolte, température et durée de stockage et maturation) a permis de générer une très grande variabilité de qualité de mangues fraîches. Ces matières premières ont été séchées dans les mêmes conditions. Des modèles mixtes d’analyse de covariance ont montré que la couleur des produits secs est liée fortement à celle des mangues fraîches, et les différences résiduelles sont statistiquement peu expliquées par les paramètres pré- et post-récolte explorés. Une démarche similaire, a été menée pour des conditions de séchage différentes telles que parfois rencontrées en unité de séchage. Cette démarche a permis de préciser les conditions d’un séchage optimal, différentes de celles qui provoquent des détériorations de la couleur, qui, en cas de début de séchage peu intense, dépendent des facteurs pré- et post-récolte. Les connaissances acquises sur l’élaboration des critères de qualité des mangues fraîches ont permis d’identifier les combinaisons de facteurs pré- et post-récolte susceptibles de conduire aux qualités les meilleures. Par ailleurs, il a été démontré qu’une fois la bonne maturité pour le séchage atteinte, il est possible de conserver les mangues à 12 °C pendant 11 jours sans altération de la qualité organoleptique et technologique. À l’issue de cette recherche, la maîtrise de la durée de maturation et la qualité obtenue en entrée de séchage ressort comme la connaissance la plus nécessaire à renforcer. Pour pouvoir mener les recherches nécessaires puis mettre en œuvre des résultats, les capacités de quantification de la maturité initiale des mangues doivent être très sensiblement améliorées. Les différentes conclusions de cette thèse confortent l’intérêt de la recherche scientifique, à créer des perspectives plus approfondies sur le continuum entre les différents acteurs des filières fruitières pour proposer des produits transformés de qualité.