Thèse soutenue

Réactions chimiques en milieu turbulent : étude numérique par des simulations numériques directes

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Wenwei Wu
Direction : François SchmittLipo WangEnrico Calzavarini
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : SCIENCES DE LA TERRE, DE l'UNIVERS ET DE L'ESPACE. Terre, Enveloppes fluides
Date : Soutenance le 25/02/2021
Etablissement(s) : Littoral en cotutelle avec Shanghai Jiao Tong University
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences, technologie et santé (Amiens)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire d'Océanologie et de Géosciences (LOG) - Laboratoire d'Océanologie et de Géosciences / LOG
Jury : Président / Présidente : Ivana Vinkovic
Examinateurs / Examinatrices : Sergio Chibbaro, David Hung, Yongxiang Huang, Chien-Pin Chen
Rapporteurs / Rapporteuses : Sergio Chibbaro, David Hung

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Le présent travail se concentre sur les propriétés statistiques des scalaires réactifs subissant des réactions chimiques réversibles en turbulence incompressible. Une analyse théorique des propriétés statistiques des scalaires à différents ordres de moments a été réalisée sur la base d'approximations et de modèles convenablement proposés. Les résultats théoriquement dérivés ont ensuite été comparés aux résultats numériques obtenus par simulation numérique directe (DNS). Dans la simulation numérique directe, les dérivés spatiales ont été principalement approximées en utilisant une méthode pseudi-spectrale, car la vitesse turbulente et les champs scalaires sont généralement des conditions aux limites périodiques. Pour les configurations spéciales dans lesquelles la condition aux limites n'est pas périodique, une méthode aux différences finies avec des schémas fins a été utilisée pour approximer les dérivées spatiales. L'intégration temporelle numérique a été mise en oeuvre par un schéma Runge-Kutta du troisième ordre. Tous les travaux menés dans cette thèse sont consacrés aux explorations numériques et théoriques des scalaires réactifs en turbulence incompressible de différentes configurations. Nos résultats suggèrent de nouvelles idées pour de futures études, qui sont discutées dans les conclusions.