(Dé)Construire la race : Socialisation et conscientisation des rapports sociaux chez les diplômé.e.s du supérieur

par Romane Blassel

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Christian Rinaudo et de Géraldine Bozec.

Le président du jury était François Dubet.

Le jury était composé de Abdellali Hajjat.

Les rapporteurs étaient Emmanuelle Santelli, Patrick Simon.


  • Résumé

    La thèse étudie l’expérience de la racialisation rapportée par des personnes diplômées de l’enseignement supérieur en France. Elle s’appuie sur une enquête qualitative par entretiens biographiques menés entre 2017 et 2019 auprès de diplômé·e·s de Master, né·e·s en France de parents étrangers, ou arrivé·e·s en France pour leurs études. Elle met en perspective les parcours d’hommes et de femmes d’origines diverses (Afrique du Nord et subsaharienne, Asie, Amérique du Sud, Outremer, Europe), et de trajectoires sociales variées. Cette recherche interroge les variations dans les récits, et met en lumière le processus de conscientisation du rapport de race, en interaction avec le rapport de classe et de sexe. Dans ce travail, la conscientisation désigne un processus continu de traitement cognitif d’un signal, lequel conduit, dans un contexte donné, à interpréter une situation comme racialisante ou non. L’enquête montre que les caractéristiques sociales, politiques et migratoires des enquêté·e·s, leur degré d’exposition au risque discriminatoire ou l’idée de « frustration relative » ne suffisent pas à expliquer pourquoi certain·e·s enquêté.e.s interprètent leur expérience en termes de race et de racisme, quand d’autres ne le font pas. L’hypothèse principale défendue dans ce travail met l’accent sur le rôle de la socialisation dans la conscientisation des rapports de race. Mon travail discute et précise alors la notion de socialisation raciale en mettant en évidence sa complexité et sa pluralité. Il identifie trois dimensions essentielles de la socialisation raciale : la socialisation relationnelle (relations familiales, amicales, scolaires, professionnelles), la socialisation intellectuelle (accès aux connaissances, notamment sur le racisme), et la socialisation expérientielle (apprentissage de la « visibilité » et des contextes de stigmatisation et de discrimination). Le contexte français, caractérisé par la massification de l’enseignement supérieur et l’essor de l’antiracisme post- et décolonial, est également présenté comme un élément socialisateur. La thèse analyse les effets de la conscientisation du rapport social de race sur la relation à soi-même et à autrui. Elle montre que cette conscientisation peut prendre différentes formes, qui orientent le récit du parcours et de la vie quotidienne. Selon ces différentes formes, la personne enquêtée exprime une acceptation, une contestation, ou une minimisation de la position minoritaire. Chacune de ces formes influe également sur les ressentis, sur les perspectives scolaires et professionnelles, et sur la sociabilité. L’enquête montre comment la position de classe revendiquée par les enquêté.e.s influence la perception de leur place dans le rapport de race. En mettant l’accent sur le processus de conscientisation, la thèse enrichit la compréhension de l’articulation des rapports sociaux de race, de sexe et de classe.

  • Titre traduit

    (De)constructing race : Socialization and Conscientization of Social Relations among Higher Education Graduates


  • Résumé

    The dissertation studies the experience of racialization as reported by higher education graduates in France. It is based on a qualitative research through biographical interviews conducted between 2017 and 2019 with Master's degree graduates, born in France to foreign parents, or who arrived in France for their studies. It puts into perspective the life paths of men and women from various origins (North and sub-Saharan Africa, Asia, South America, overseas, Europe), and from different social backgrounds. This research questions the variations in narratives, and highlights the race conscientization process, in interaction with class and gender. In this study, conscientization refers to the continuous process of cognitive processing of a signal, which leads, in a given context, to the interpretation of a situation as racializing or not. The analysis of the interviews shows that social, political, and migratory characteristics of the respondents, their exposure to discriminatory risk, or the idea of "relative frustration" are not enough to explain why some interviewees interpret their experience in terms of race and racism, when others do not. The main hypothesis defended in this work emphasizes the role of socialization in the conscientization of race relations. My work discusses and specifies the notion of racial socialization by highlighting its complexity and plurality. It identifies three of its essential dimensions: relational socialization (family, friends, school, professional relationships), intellectual socialization (access to knowledge, especially on racism) and experiential socialization (learning about "visibility" and contexts of stigmatization and discrimination). The French context – characterized by the popularization of higher education and the rise of post- and decolonial anti-racism – is also presented as a socializing element. The dissertation analyzes the effects of the conscientization of race on the relationship to oneself and to others. It shows that this conscientization can take different forms, which guide the narrative of the life path and daily life. According to these different forms, the interviewee expresses acceptance, contestation, or minimization of the minority position. Each of these forms also influences feelings, educational and professional prospects, and sociability. The research shows how the class position claimed by the respondents influences the perception of their place in race relations. By emphasizing the conscientization process, the dissertation enriches the understanding of the articulation of race, gender and class.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Côte d'Azur. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.