Les concepts abstraits comme problème pour une théorie de la connaissance

par Guido Löhr

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de François Récanati et de Markus Werning.

Soutenue le 22-05-2020

à l'Université Paris sciences et lettres en cotutelle avec Ruhr-Universität , dans le cadre de École doctorale Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales , en partenariat avec Institut Jean-Nicod (Paris) (laboratoire) et de École normale supérieure (Paris ; 1985-....) (établissement de préparation de la thèse) .

Le président du jury était Paul Égré.

Le jury était composé de François Récanati, Markus Werning, Paul Égré, Katja Crone, Achim Stephan, Albert Newen, Joachim Horvath.

Les rapporteurs étaient Katja Crone, Achim Stephan.


  • Résumé

    Cette thèse cumulative défend l’idée qu’une grande partie de la littérature interdisciplinaire traitant des concepts confond les concepts avec ce qui est utilisé pour appliquer les concepts. Plus précisément, cette thèse soutient que les questions relatives au contenu (ce sur quoi porte le concept, sa sémantique) ont été confondues avec les questions relatives à notre accès épistémique à ce contenu (ce que nous savons de ce contenu). Une fois cette distinction établie, il est possible de résoudre un certain nombre de problèmes qui ont contraint la littérature conceptuelle pendant des décennies. Premièrement, il devient alors possible de noter que les types de concepts auxquels les psychologues se sont intéressés pour expliquer le problème de l’application des concepts, comme dans la catégorisation, ne doivent pas nécessairement traiter des problèmes sémantiques de la compositionnalité et de la systématicité. Deuxièmement, il devient également possible de laisser place à la possibilité empirique que des concepts abstraits, c'est-à-dire des concepts qui ne i ne s'appliquent pas à des objets physiques concrets avec lesquels nous avons un contact sensoriel direct, puissent être mieux expliqués par une approche de la cognition située ou empiriste, c’est-à- dire par des mouvements corporels, des représentations sensorimotrices, ou des représentations de situations et d'états introspectifs.

  • Titre traduit

    The problem of bstract concepts for a theory of situated cognition


  • Résumé

    The main argument of this interdisciplinary cumulative thesis is that a large part of the interdisciplinary literature on concepts conflates concepts with that which we apply our concepts in terms of. More precisely, I argue that it conflates questions of content (what a concept is about, i.e., its semantics) with questions of our epistemic access to this content (what we know about what our concepts are about). Once this distinction is understood we can solve a number of problems that have riddled the concept literature for decades. First, we can see that the kind of concepts that psychologists are interested in to explain the epistemic problem of how we apply our concepts, e.g., in categorization, need not address the semantic problems of compositionality and systematicity. Secondly, we can now make room for the empirical possibility that abstract concepts, i.e., concepts that do not apply to concrete physical objects we have direct sensory contact with, are best explained by a situated or empiricist approach to cognition, i.e., by means of bodily movements, sensorimotor representations, or representations of situations and introspective states.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Paris Sciences et Lettres. Thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.