Rôle des facteurs anthropométriques et métaboliques dans la survenue du cancer de la prostate

par Céline Lavalette

Thèse de doctorat en Santé publique - épidémiologie

Sous la direction de Florence Menegaux.

Le président du jury était Bénédicte Stengel.

Le jury était composé de Barbara Heude, Marie-Elise Parent.

Les rapporteurs étaient Barbara Heude, Marie-Elise Parent.


  • Résumé

    L’obésité, le diabète ainsi que le syndrome métabolique ont été associés à la survenue de plusieurs cancers. Néanmoins, le rôle de ces facteurs dans la survenue du cancer de la prostate est encore largement discuté. En effet, de nombreuses études ont montré des résultats divergents quant au rôle de l’obésité mesurée par l’indice de masse corporelle (IMC) et le cancer de la prostate, même si certaines études ont mis en évidence un rôle de l’obésité pour les cancers de la prostate agressifs. En revanche, des associations positives ont été rapportées avec le tour de taille ou le rapport taille/hanche, indicateurs reflétant plus spécifiquement une obésité abdominale. Dans les facteurs métaboliques, le diabète a été associé négativement au cancer de la prostate alors que le syndrome métabolique était associé positivement au cancer de la prostate. Dans ce contexte, nous avons étudié le rôle des facteurs anthropométriques et métaboliques dans le risque de cancer de la prostate à partir des données de l’étude cas-témoins EPICAP, incluant 819 cas et 879 témoins. Un questionnaire standardisé a permis de recueillir des informations détaillées sur l’historique du poids au cours de la vie ainsi que les antécédents personnels de maladies métaboliques. Des mesures anthropométriques ont été réalisées par des infirmières de recherche clinique au moment de l’entretien en face à face. Nous n’avons pas observé d’association entre l’IMC et le cancer de la prostate quelle que soit l'agressivité du cancer. En revanche, nous avons mis en évidence une augmentation du risque chez les hommes ayant une obésité abdominale, association plus prononcée pour les cancers agressifs. L’étude des trajectoires de poids au cours de la vie a montré que le surpoids ou l’obésité au cours de la vie étaient associé au cancer de la prostate agressif. Malgré une absence d’association entre le diabète et le cancer de la prostate, une association inverse significative a été observée avec la durée du diabète. Nous n’avons pas mis en évidence d’association entre le syndrome métabolique et le cancer de la prostate. Nos résultats renforcent l’hypothèse d’un lien entre l’obésité abdominale et le risque de cancer de la prostate, particulièrement pour les cancers agressifs. Ces résultats pourraient contribuer à l’identification de nouveaux facteurs de risque modifiables pour le cancer de la prostate pouvant être accessibles à la prévention.

  • Titre traduit

    Anthropometric and Metabolic Factors and Prostate Cancer Risk


  • Résumé

    Obesity, diabetes and metabolic syndrome have been associated with the development of several cancers. However, the role of these factors in the development of prostate cancer remains unclear. Many studies have shown divergent results regarding the association between obesity, measured by body mass index (BMI), and prostate cancer, although some studies have found a relationship between obesity and aggressive prostate cancer. On the other hand, positive associations have been reported with prostate cancer risk and waist circumference or waist-to-hip ratio, which are indicators that more specifically refer to abdominal obesity. For metabolic factors, diabetes has been negatively associated with prostate cancer, while metabolic syndrome has been positively associated with prostate cancer. In this context, we investigated the role of anthropometric and metabolic factors in relation to prostate cancer risk using data from the EPICAP case-control study, which includes 819 cases and 879 controls. A standardized questionnaire was used to collect detailed information on lifetime weight history and personal history of metabolic diseases. Anthropometric measurements were performed by clinical research nurses during a face-to-face interview. We did not observe an association between BMI and prostate cancer irrespective of the aggressiveness of cancer. We have found an increased risk in men with abdominal obesity, and this risk was more pronounced for men with aggressive prostate cancers. In the analysis of lifetime weight trajectories, being overweight or obese over the life course was associated with aggressive prostate cancer. Although there was no association between diabetes and prostate cancer, a significant inverse association was observed with the duration of diabetes and prostate cancer. We did not find any evidence of an association between metabolic syndrome and prostate cancer. In conclusion, our results support the hypothesis of a relationship between abdominal obesity and prostate cancer risk, particularly for aggressive prostate cancers. These results could help contribute to the identification of new modifiable risk factors for prostate cancer that may be targeted using primary prevention strategies.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris-Saclay. DiBISO. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.