Éros cosmète et ses noms : ordres et parures, beautés et chants en Grèce ancienne

par Eleonora Colangelo

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Sous la direction de Florence Gherchanoc et de Andrea Taddei.

Le président du jury était Gabriella Pironti.

Le jury était composé de Florence Gherchanoc, Andrea Taddei, Gabriella Pironti, Charles Delattre, Nicola Cusumano.

Les rapporteurs étaient Charles Delattre, Nicola Cusumano.


  • Résumé

    La présente thèse vise à étudier les configurations d’Éros dans les domaines des sensorialités, de l’ordre et des ornements, de la mise en beauté et de l’agencement performatif, que les définitions conventionnelles de « dieu de l’amour », de « génie du destin » et de« puissance cosmique » ont contribué à éclipser. Prenant le kosmos comme le fil conducteur de notre étude dans ses différentes déclinaisons ornementales, esthétiques et musicales, nous avons analysé les compétences cosmétiques qui, inscrites principalement dans les récits des poètes, se déploient dans les espaces d’action d’Éros. La nature des liens qui unissent ce dieu à l’ordre et aux ornements, ainsi qu’à la beauté et à ses perceptions a été éclairée à l’aide de l’onomastique divine et par le biais d’un échantillon sélectionné d’attributs onomastiques. Plaçant notre réflexion dans le débat autour de l’Éros cosmique, le Chapitre I montre que la stimulation sensorielle et cognitive exprimée par les deux attributs d’Éros (kallistos et lusimelês) et par le verbe homarteô, dans la Théogonie d’Hésiode, énonce les toutes premières fonctions esthétiques et cosmétiques du dieu. Dans le Chapitre II, les liens entre le kosmos etÉros dans les sources des époques ultérieures (des Hymnes homériques à Nonnos) sont soumis à l’analyse afin de cerner les actions, les modes et les réactions du dieu dans les domaines des parures et des ajustements, par rapport à la kosmêsis et à la lumière des donnéesnon seulement textuelles, mais aussi iconographiques : Éros émerge donc comme un dieu ajusteur et conducteur, metteur en scène et prophète du kosmos. Les Chapitres III et IV portent respectivement sur l’étude des deux épithètes hésiodiques énonçant, dès le début, lespropriétés cosmétiques d’Éros : le Chapitre III observe les mutations et les survivances de kallistos dans les domaines de la beauté, des stimulations sensorielles et des pouvoirs, après Hésiode et à travers la théorie de la « distribution onomastique » ; le Chapitre IV est consacré, quant à lui, à l’épithète lusimelês, étudiée dans ses emplois archaïques et à la lumière des usages métaphoriques déterminés par la polysémie de luô et de melos, ainsi que par la complémentarité entre le déliement du corps et la désarticulation du chant. Soumises à l’action d’Éros, puissance engendrée du chant kata kosmon d’Hermès et rattachée aux espaces des Muses, la physiologie et la performance s’avèrent ainsi deux domaines d’action complémentaires.

  • Titre traduit

    Eros kosmetes and his names : orders and ornaments, beauties and songs in ancient Greece


  • Résumé

    The aim of this study is to analyse some configurations of Eros in the spheres of sensoriality, order and ornaments, beauty and performative arrangements, which the conventional definitions of "god of love", "genius of destiny" and "cosmic god" have helped to eclipse. By taking kosmos as the common thread in its various ornamental, aesthetic and musical meanings, cosmetic skills of Eros in literature have been examined. The links binding the god to the order and to any form of ornament, as well as to the beauty and its perceptions are highlighted via divine epithets and through a selected sample of onomastic attributes. Starting from the historiographical debate around the « cosmic Eros », Chapter I shows that the two epithets of Eros (kallistos and lusimelês) and the verb homarteô in Hesiod’s Theogony state the very first aesthetic and cosmetic functions of the god. In Chapter II, relationships between kosmos and Eros in later sources (from the Homeric Hymns to Nonnos) are investigated in order to identify the actions, modes and reactions of the god in the fields of adornments and in relation to kosmêsis processes, in the light of both textual and iconographical data. Chapters III and IV focus on the two Hesiodic epithets stating Eros’ cosmetic properties: Chapter III observes the mutations and survivals of kallistos in the fields of beauty, sensory stimulation and sovereign powers through the "onomastic distribution" theory; Chapter IV analyses the epithet lusimelês in its archaic instances and metaphorical uses, due to the polysemy of luô and melos, and to a well-known complementarity between body and song disarticulation: subjected to Eros actions, physiology and performance thus prove to be two complementary fields in the ancient Greek thought.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.