Thèse soutenue

Essais sur les prix et la concurrence

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Matias Pietola
Direction : Patrick Rey
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance le 30/06/2020
Etablissement(s) : Toulouse 1
Ecole(s) doctorale(s) : Toulouse School of Economics
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : TSE-R (Toulouse)

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

La thèse se compose d’une introduction et de trois chapitres autonomes. Le premier et le troisième chapitre analysent l’interaction entre concurrence et coopération, tandis que le deuxième étudie le rôle incitatif des prix. Le premier chapitre est motivé par des cas récents de politique de concurrence dans le domaine pharmaceutique et analyse les relations entre accords ‘dilatoires’ (par lequel le détenteur d’un brevet paie un concurrent potentiel pour retarder son entrée), contrats de licence et recours aux tribunaux (contentieux). Notre analyse met en lumière les externalités engendrées par ces différentes pratiques : les accords dilatoires réduisent la concurrence, ce qui encourage l’entrée d’autres fabricants ; les contrats de licence et le contentieux rendent au contraire l’entrée moins rentable. Lorsque plusieurs fabricants sont susceptibles d’entrer, le titulaire du brevet exploite ces externalités en proposant désaccords de licence à certains concurrents ou en les poursuivant devant les tribunaux, afin de diminuer le coût des accords dilatoires offerts aux autres. Le deuxième chapitre étudie les conditions dans lesquelles un intermédiaire peut décentraliser les décisions d’échanger ou non à des parties disposant d’une information privée. L’analyse montre qu’une tarification décentralisée est à la fois nécessaire et suffisante si les parties en question ont des valeurs négativement corrélées (comme c’est souvent le cas dans les transactions entre acheteurs et vendeurs : une augmentation de la qualité de l’objet à échanger le rend plus attractif pour l’acheter, mais augmente le coût d’opportunité pour le vendeur). Avec une corrélation positive, on obtient au contraire un résultat négatif. L’analyse apporte également un éclairage sur les mécanismes de négociation robustes, l’équivalence entre mise en œuvre en stratégies bayésiennes et dominantes, l’incidence fiscale et la tarification sur des marchés bifaces. Le troisième chapitre étudie l’interaction, pour des plateformes de médias (chaines de télévision ou de radio, journaux, ...), entre coopération sur la commercialisation de la publicité et concurrence sur le contenu. Un accord de commercialisation, par lequel l’une des plateformes délègue à l’autre la gestion de sa régie publicitaire, en échange d’une redevance par abonné, non seulement augmente le prix de la publicité pour les annonceurs, mais réduit en outre l’investissement dans le contenu. En d’autres termes, la coopération commerciale vis-à-vis des annonceurs réduit également la concurrence l’égard des consommateurs.