Thèse soutenue

Attribution de ressources distribuées pour les réseaux virtuels

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Guillaume Fraysse
Direction : Pierre Sens
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Informatique
Date : Soutenance le 18/12/2020
Etablissement(s) : Sorbonne université
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Informatique, télécommunications et électronique de Paris (1992-...)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : LIP6 (1997-....)
Jury : Président / Présidente : Anne Fladenmuller
Examinateurs / Examinatrices : Imen Grida Ben Yahia, Jonathan Lejeune, Julien Sopena, Djamal Zeghlache
Rapporteurs / Rapporteuses : Sébastien Monnet, François Taïani

Résumé

FR  |  
EN

Les dernières évolutions des infrastructures réseaux permettent d’apporter plus d’élasticité et de dynamicité à la gestion des réseaux. La 5ème génération de réseaux (5G) permet la création de chaînes ordonnées de fonctions sur des réseaux virtuels (”slices”) qui peuvent être multi-domaines, voire multi-opérateurs. Les solutions d’orchestration centralisée habituellement trouvées dans les réseaux peuvent ne pas répondre à certains des nouveaux cas d’usage. Cette thèse plaide pour l’opportunité d’une solution distribuée au problème d’allocation de ressources pour ces chaı̂nes ordonnées de fonctions. Un nouvel algorithme distribué, découpé en deux parties distinctes, est proposé. La première partie calcule un chemin en prenant en compte les contraintes sur l’ordre des ressources et leur placement sur la topologie réseau. La seconde alloue les ressources en utilisant des horloges vectorielles pour l’ordonnancement des requêtes et en utilisant un mécanisme de préemption pour le faire respecter. Plusieurs heuristiques sont proposées pour chacune de ces parties. Une méthode numérique est proposée pour comparer les performances de algorithme à l’espérance mathématique. Les performances sont ensuite comparées avec celles de quatre algorithmes de l’état de l’art sur une plateforme d’évaluation basée sur le simulateur SimGrid. Les résultats montrent jusqu’à 20% du taux d’utilisation moyen des ressources, sans dégrader les autres métriques mesurées.