La photographie artistique vénézuélienne à la fin du XXe siècle : Nelson Garrido et l’hybridation culturelle

par Fabiola Velasco

Thèse de doctorat en Études romanes espagnoles

Sous la direction de Jacques Terrasa.

Le président du jury était Paul-Henri Giraud.

Le jury était composé de Nancy Berthier.

Les rapporteurs étaient Paul-Henri Giraud, Erich Fisbach.


  • Résumé

    L'œuvre photographique du vénézuélien Nelson Garrido (1952) présente un caractère transgresseur du régime scopique national. À travers l'esthétique de la violence et de la laideur, ses images iconoclastes mettent en scène une lecture approfondie de la culture vénézuélienne de la fin du XXème siècle. La richesse iconographique et l'efficacité symbolique des prises de vue garridiennes nous ont amenés à vouloir les interroger dans le but d’identifier et d’analyser le regard qu’elles portent sur le pays caribéen. Dans cette première approche, la notion d'hybridité et les processus d'hybridation culturelle apparaissaient, à nos yeux, comme un fil d'Ariane dans son œuvre, notamment à partir de 1989, date à laquelle il quitta le travail sur le terrain (série Muertos en Vía) et débuta son travail en studio. En raison de ces considérations, nous nous sommes proposés de construire une lecture interprétative et contextuelle du regard garridien, en partant de la théorie de l'hybridation culturelle avancée par l'anthropologue Argentin Néstor García Canclini. Notre corpus d'étude est la série Todos los santos son muertos, réalisée à Caracas entre 1989 et 1993. Nous avons choisi ce fragment de son travail car il condense le vocabulaire visuel de l'artiste et cristallise ses plus profondes inquiétudes esthétiques, intellectuelles et éthiques. Cette recherche est la première réflexion doctorale consacrée à Nelson Garrido et, pour cette raison, elle est également la première à utiliser des sources de première main qui sont conservées dans les archives personnelles de l'artiste et dans les archives nationales vénézuéliennes.

  • Titre traduit

    Venezuelan artistic photography at the end of the 20th century : Nelson Garrido and cultural hybridisation


  • Résumé

    The photographic work of Venezuelan artist Nelson Garrido (1952) is a transgression of the national scopic regime. Through the aesthetics of violence and ugliness, his iconoclastic images present a profound reading of Venezuelan culture at the end of the 20th century. The richness and the symbolic effectiveness in Garrido's shots have led us to question its iconography in order to identify and analyze how they represent this Caribbean country. In this first approach, the notion of hybridity and the processes of cultural hybridization appeared, in our eyes, as a common thread in his work, particularly from 1989, when he left the fieldwork (Muertos en Vía series) and devoted himself to work only in his studio. Taking this into consideration, we set out to construct an interpretative and contextual reading of the guardian gaze, based on the theory of cultural hybridization put forward by Argentine anthropologist Néstor García Canclini. Our corpus of study is the series Todos los santos son muertos, made in Caracas between 1989 and 1993. This fragment of Garrido’s work condenses the visual vocabulary of the artist and crystallizes his deepest aesthetic, intellectual and ethical concerns. Our exploration of Garrido’s work constitutes the first doctoral research based on his work and it is also the first to use first-hand sources kept in both the artist's personal archives and in the Venezuelan National Archives.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque des thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.