Ciudades colaterales : Las ciudades narradas de la frontera México-Estados Unidos en novelas urbanas recientes

par Carlos Alberto Sifuentes Rodríguez

Thèse de doctorat en Études romanes espagnoles

Sous la direction de Eduardo Ramos-Izquierdo.

  • Titre traduit

    Villes Collatérales : Villes racontées de la frontière entre les États-Unis et le Mexique dans les romans urbains récents


  • Résumé

    Le but de cette étude est de mener une approche comparative critique des villes racontées de la frontière américano-mexicaine dans un corpus de romans urbains récents. L'une des questions centrales est la formulation d'un modèle basé sur la représentation littéraire d'événements tels que la mise en œuvre, l'assimilation et la consolidation des imaginaires globaux dans les villes frontalières. Le modèle des villes collatérales est composé d'une série d'ordres que nous appelons panoramas urbains. Les scénarios que nous analysons correspondent aux hyper masculinités, à la mémoire traumatique et à l’allegalité transnationale. Le premier panorama se réfère à la représentation de la ville par rapport aux conflits narratifs dérivés du masculin et du féminin, en se concentrant sur des pratiques qui correspondent au modèle des masculinités hégémoniques. Le second panorama traite de la représentation de la dynamique entre mémoire et oubli, élément qui caractérise les espaces périphériques. Le dernier panorama examine les conflits qui naissent des tensions entre le légal et l'illégal qui se reflètent dans l'espace urbain. Pour aborder le modèle en question, les romans Nostalgia de la sombra (2002), d'Eduardo Antonio Parra; 2666 (2004), de Roberto Bolaño; Al otro lado (2008), d’Heriberto Yépez; et Indio borrado (2014), de Luis Felipe Lomelí sont étudiés.

  • Titre traduit

    Collateral Cities : The Narrated Cities of the United States-Mexico Border in Recent Urban Novels


  • Résumé

    The purpose of this study is to carry out a critical comparative study of the narrated cities of the Mexico-US border in a corpus of recent urban novels. One of the central questions is the formulation of a model based on the literary representation of events such as the implementation, assimilation, and consolidation of global imagery in border cities. The collateral city model is made up of a series of orders which we call urban panoramas. The panoramas we analyze correspond to hypermasculinities, traumatic memory and transnational allegality. The first panorama refers to the representation of the city in relation to narrative conflicts derived from the masculine and feminine, focusing on practices that correspond to the model of hegemonic masculinities. The second panorama deals with the representation of the dynamics between memory and oblivion, an element that characterizes peripheral spaces. The last panorama examines the conflicts that arise from the tensions between the legal and the illegal that are reflected throughout the urban space. To approach the model in question, the following novels are studied: Nostalgia de la sombra (2002), by Eduardo Antonio Parra; 2666 (2004), by Roberto Bolaño; Al otro lado (2008), by Heriberto Yépez; and Indio borrado (2014), by Luis Felipe Lomelí.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque des thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.