Thèse soutenue

Les parlers français des Israélites du Midi

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Peter Nahon
Direction : Jean-Pierre Chambon
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Linguistique
Date : Soutenance le 25/06/2020
Etablissement(s) : Sorbonne université
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Concepts et langages (Paris ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Linguistique et lexicographie latines et romanes (Paris)
Jury : Président / Présidente : André Thibault
Examinateurs / Examinatrices : Jean-Pierre Rothschild
Rapporteurs / Rapporteuses : Marcello Aprile, Eva Buchi

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse consiste en une étude linguistique des variétés de français parlées jusqu’à aujourd’hui par les descendants des deux communautés juives anciennement installées dans le Midi de la France : d’une part, les juifs des anciens États du Pape dans l’actuel Vaucluse, dont la présence remonte à l’Antiquité, d’autre part les Portugais de Gascogne, descendants des fugitifs des Inquisitions ibériques. Les parlers de ces deux groupes, qui ne comptent aujourd’hui que quelques dizaines d’individus chacun, parlers très mal décrits par le passé, sont décrits et étudiés à partir des documents écrits existants et d’une vaste enquête de terrain menée entre 2014 et 2019. On dresse en premier lieu une histoire linguistique des populations étudiées puis un état de la question sur les variétés de gascon et de provençal aujourd’hui éteintes et remplacées par lesdites variétés de français, à travers une présentation et une analyse des matériaux philologiques connus. La description des variétés de français se compose d’un tableau sociolinguistique de chaque variété, et d’un inventaire lexicographique et lexicologique des particularismes des deux parlers, comprenant environ 1500 formes dont chacune fait l’objet d’une étude historique, étymologique et contrastive. Vient ensuite une analyse linguistique du matériau d’après le modèle des grammaires historiques, prenant en compte entre autres la phonétique, la phonologie et la morphologie constructionnelle du lexique. On examine enfin ce que la description et l’analyse de cette matière linguistique quasi-inédite peuvent apporter à la compréhension des phénomènes linguistiques généraux que sont le contact de langues et la variation sociale.