Thèse soutenue

Caxton traducteur : l'humanisme vernaculaire et la presse typographique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Delphine Le Corfec
Direction : Leo Martin Carruthers
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études médiévales
Date : Soutenance le 17/01/2020
Etablissement(s) : Sorbonne université
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Centre d'études médiévales anglaises (Paris)
Jury : Président / Présidente : Florence Bourgne
Examinateurs / Examinatrices : Géraldine Veysseyre, Raphaële Mouren
Rapporteurs / Rapporteuses : Michelle Szkilnik, Dominique Varry

Résumé

FR  |  
EN

En 1473-1474, un marchand anglais installé à Bruges, William Caxton, imprime pour la première fois un livre en anglais : le Recuyell of the historyes of Troyes. Il s’agit d’une traduction d’un succès récent de la littérature curiale bourguignonne, le Recueil des histoires de Troyes de Raoul Lefèvre. Le texte d’origine est également imprimé avant la fin de l’année 1475 pour Caxton. Cette thèse porte sur les traductions réalisées et diffusées par William Caxton reflétant l’ensemble d’un savoir médiéval mais apparaissant comme moderne à la fin du XVe siècle. La source principale en est le premier livre imprimé en anglais qui constitue un exemple de texte ancien revenu à la mode par le biais d’une réécriture. Un premier volume est consacré au commentaire. Il s’agit, dans une première partie, de souligner les aspects originaux ou traditionnels des traductions et des éditions de Caxton. La deuxième partie porte sur l’édition pour Caxton du Recueil en français et son impact. Une troisième partie est attachée à l’analyse des procédés de traduction et l’influence du Recuyell dans l’histoire littéraire anglaise.Dans le second volume, l’édition comparée du Recuyell of the historyes of Troyes et du Recueil des histoires de Troyes imprimés pour Caxton, permet d’étudier les procédés de traduction utilisés par l’homme de lettres mais également les logiques présidant à l’impression de textes. Pour imprimer le texte français, Caxton ou ses associés ont, en effet, choisi une version différente du manuscrit ayant servi de base à sa traduction anglaise. Un dernier volume est dédié aux annexes (bibliographie, éditions d’autres traditions, glossaire, tables généalogiques, etc.).