Inference and the structure of concepts

par Matías Osta Vélez

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Max Kistler.

Le président du jury était Paul Égré.

Le jury était composé de Max Kistler, Igor Douven, Philipp Koralus, Peter Gärdenfors, Stephan Hartmann.

  • Titre traduit

    L’Inférence et la structure des concepts


  • Résumé

    Cette thèse porte sur le rôle du contenu conceptuel dans l'inférence et le raisonnement. Les deux premiers chapitres offrent une analyse critique de la "thèse formaliste", i.e., l'idée selon laquelle l'inférence rationnelle est un mécanisme qui applique des règles syntaxiques à des pensées avec structure linguistique. Le Chapitre 3 porte sur la relation entre l'inférence et la représentation. Il est avancé que l'inférence doit être étudiée depuis une perspective pluraliste en raison de sa dépendance à l'égard de différents formats de représentation des informations qui caractérisent la cognition humaine. Les quatre chapitres suivants sont ceux de la mise en œuvre de la théorie des espaces conceptuels à trois types d'inférence basés sur des concepts. Tout d'abord, une explication formelle de la notion d'inférence matérielle chez Wilfrid Sellars est avancée. Ensuite, le modèle est étendu pour saisir l’inférence non monotone en étudiant le rôle des "attentes" (expectations) dans le raisonnement. Enfin, un nouveau modèle mathématique d'induction avec des concepts (category-based induction) est présenté. Il est indiqué que la fécondité explicative de cette approche novatrice montre l'échec de la thèse formaliste et appelle le développement d’un modèle unifié d'inférence rationnelle centré sur la sémantique. Le dernier chapitre de la thèse porte sur la manière dont l'inférence et les concepts interagissent dans le raisonnement scientifique, qui fait constamment appel à des structures symboliques hybrides pour représenter les informations conceptuelles.


  • Résumé

    This thesis focuses on the role of conceptual content in inference and reasoning. The first two chapters offer a critical analysis of the " formalist thesis ", i.e., the idea that rational inference is a mechanism that applies syntactic rules to propositionally-structured thoughts. Chapter 3 deals with the relationship between inference and representation. It is argued that inference must be studied from a pluralistic perspective because of its dependence on different formats representation in which conceptual information can be encoded. The next four chapters apply Peter Gärdenfors’ theory of conceptual spaces to three types of concept-based inference. First, an explication of Wilfrid Sellars' notion of material inference is advanced. Second, the model is extended to capture non-monotonic inference by studying the role of "expectations" in reasoning. Finally, a new mathematical model of category-based induction is presented. It is argued that the explanatory fruitfulness of the conceptual spaces-approach shows the failure of the formalistic thesis and calls for a unified model of rational inference centered on semantics. The last chapter of the thesis focuses on how inference and concepts interact in scientific reasoning, which constantly uses hybrid symbolic structures to represent conceptual information;

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.