La fiscalité privilégiée en propriété industrielle : contribution à la cohérence d'une fiscalité au service de l'innovation

par Gbandi Nadjombe

Thèse de doctorat en Droit privé

Sous la direction de Jean-Pierre Clavier.

Soutenue le 15-09-2020

à Nantes , dans le cadre de Ecole doctorale droit, science politique et philosophie (Rennes) , en partenariat avec Institut de Recherche en Droit Privé (Nantes) (laboratoire) .

Le président du jury était Jacques Raynard.

Le jury était composé de Ariane Périn-Dureau, Nicolas Binctin, Valérie Pironon.

Les rapporteurs étaient Ariane Périn-Dureau, Nicolas Binctin.


  • Résumé

    La fiscalité peut être utilisée par les États, soit pour dissuader certaines attitudes des contribuables (fiscalité dissuasive), soit, au contraire, pour orienter les choix économiques de ceux-ci (fiscalité incitative ou privilégiée). En propriété industrielle, elle joue une véritable fonction incitative en raison de la mise en place par de nombreux États de soutiens fiscaux en faveur d’activités de R&D et de revenus provenant de l’exploitation des brevets ou de droits similaires à ces derniers s’agissant des conditions nécessaires à l’obtention de la protection juridique. Ces incitations fiscales, visant à promouvoir l’innovation au sein des entreprises, ciblent ainsi les droits de propriété industrielle issus de créations techniques. L’objet de la présente thèse est de déterminer si l’orientation de cette fiscalité privilégiée permet de soutenir efficacement l’innovation. En d’autres termes, il s’agit de vérifier si la conception essentiellement technologique de celle-ci permet d’atteindre l’objectif visé par les pouvoirs publics, à savoir des retombées positives significatives sur l’ensemble de l’économie. L’étude détermine, finalement, si la manière dont les États conçoivent la fiscalité privilégiée n’est pas trop restrictive de l’innovation au regard de tous les droits de propriété industrielle.

  • Titre traduit

    Privileged Taxation in Industrial Property : contribution to the coherence of a tax system at the service of innovation


  • Résumé

    Taxation can be used by States either to dissuade certain attitudes of taxpayers (dissuasive taxation) or, on the contrary, to guide their economic choices (incentive or privileged taxation). In the field of industrial property, it plays a real incentive function due to the establishment by many States of tax support for R&D activities and income from the exploitation of patents or rights similar to patents as regards the conditions necessary to obtain legal protection. These tax incentives, aimed at promoting innovation within companies, thus target industrial property rights derived from technical creations. The purpose of this thesis is to determine whether the orientation of this privileged taxation is effective in supporting innovation. In other words, the aim is to verify whether the essentially technological conception of privileged taxation allows the public authorities to achieve their objective, namely significant economic benefits that should result from the promotion of innovation. Finally, the study examines whether the way in which States conceive the privileged tax system is not too restrictive of innovation with regard to all industrial property rights.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.