Thèse soutenue

Sociologie du champ de la construction en terre crue en France (1970-2020)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Victor Villain
Direction : Fabrice BardetJean-Yves Authier
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Science politique
Date : Soutenance le 07/12/2020
Etablissement(s) : Lyon
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences sociales (Lyon)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Environnement, ville, société (Lyon ; 1995-....)
établissement opérateur d'inscription : Université Lumière (Lyon ; 1969-....)
Laboratoire : Environnement Ville Société / EVS
Jury : Président / Présidente : Sylvie Ollitrault
Examinateurs / Examinatrices : Catherine Bidou-Zachariasen
Rapporteurs / Rapporteuses : Sylvie Tissot, Andy Smith

Résumé

FR  |  
EN

Le développement de la construction écologique participe à la légitimation de l’emploi des matériaux de construction pouvant alimenter la lutte contre le changement climatique. Parmi ces matériaux, la terre crue demeure peu investie en comparaison de matériaux biosourcés tels que le bois ou la paille. Alors que l’emploi de la terre était historiquement répandu en France, les procédés de construction qui lui incombent (bauge, pisé, torchis, adobe) ont été destitués au cours des XIXème et XXème siècles. Pourtant, depuis environ cinq décennies, un champ de la construction en terre participe à faire la promotion de ce matériau. Dans cette recherche, il s’agit de montrer comment le champ de la construction en terre a pris forme et quelle forme il a prise en analysant les formes d’intérêt historiquement variables pour la construction en terre qu’exige le champ et qu’engagent les agents, c’est-à-dire de dialectiser l’histoire du champ et l’histoire sociale incorporée des agents qui s’investissent pour entretenir et actualiser l’histoire sociale réifiée de la construction en terre crue. Cela permet aussi d’analyser les conditions sociales de possibilité d’un développement de la construction en terre crue en France, notamment pour mesurer les conditions sociales de possibilité d’une transformation de la construction conventionnelle pour participer à une transformation du monde social favorable à la lutte contre le changement climatique. Cette thèse s’appuie sur différents matériaux empiriques (entretiens, archives, observations ethnographiques, statistiques) et mobilise la sociologie des champs pour analyser les relations objectives entre les champs et les agents engagés dans le champ de la construction en terre crue, qui varient selon les luttes internes et externes au champ, notamment par l’action publique qui contribue à définir son autonomie et ses rapports de subordination. Cette recherche fait l’hypothèse que le champ de la construction en terre est un champ de forces qui est au principe de luttes économique et politique pour le maintenir ou le transformer, notamment en orientant l’action publique, afin que les agents qui y sont engagés puissent, selon ce qui est en leur pouvoir, actualiser ou créer les conditions les plus favorables à leur accomplissement, c’est-à-dire à l’ajustement de leurs dispositions à leurs conditions d’existence. La première partie de la thèse aborde la genèse du champ de la construction en terre crue en montrant comment, de l’émergence à la dissolution sociale de la bauge dans l’espace rural breton et du pisé de terre dans l’espace urbain lyonnais, la construction en terre est réinvestie à l’échelle nationale à partir des années 1970 et conduit à l’autonomisation du champ au cours des années 1980. La deuxième partie s’attache à décrire l’activité économique de la construction en terre. Il s’agit de s’intéresser, d’une part, à la structure des professionnels de la construction en terre et à leur prise de position économique et, d’autre part, à caractériser socialement les particuliers qui habitent dans une maison en terre construite ces dernières décennies à travers leur position sociale, leur trajectoire résidentielle et les stratégies résidentielles qu’ils mettent en œuvre. La troisième partie s’attache plus particulièrement à la lutte politique des agents engagés dans le champ pour maintenir ou transformer son principe de vision. En abordant l’institutionnalisation de la construction écologique comme catégorie de l’action publique, il s’agit d’étudier l’appropriation de cette catégorie par les agents à travers la lutte qu’ils mènent pour faire voir et valoir leur principe de vision au sein du champ.