Pragmatique de la mémoire : une enquête villeurbannaise

par Benjamin Tremblay

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Michel Peroni.

Soutenue le 07-09-2020

à Lyon , dans le cadre de École doctorale Sciences sociales (Lyon) , en partenariat avec Centre Max Weber (Bron, Rhône ; Saint-Étienne) (équipe de recherche) , Université Lumière (Lyon) (etablissement opérateur d'inscription) et de Centre Max Weber / CMW (laboratoire) .

Le président du jury était Laurence Kaufmann.

Le jury était composé de Dominique Belkis.

Les rapporteurs étaient Johann Michel, Jean-Louis Tornatore.


  • Résumé

    Dans une perspective à la fois pragmatiste et ethnométhodologique, cette thèse s’intéresse à l’enquête sur la mémoire déployée dans la ville de Villeurbanne autour du Rize. Ce « Centre mémoires et société », inauguré en 2008 sous l’égide politique de Jean-Paul Bret (PS), avait pour mission de mettre au travail la proposition suivante : avec nos mémoires, faire société. Il s’agit alors de saisir, à l’aide notamment de la théorie de l’enquête de J. Dewey, ce travail d’exploration proprement sociogénétique du Rize. « La mémoire » et « la société », ici, ne sont plus ce que l’historien et le sociologue théorisent, définissent – et, le cas échéant, règlementent - : elles sont constituées comme thèmes et comme ressources par les acteurs eux-mêmes. Le Rize apparaît alors comme opérateur privilégié d’une enquête publique sur la mémoire, elle-même tenue de longue date à Villeurbanne. Fondée sur un travail de terrain en immersion, qui a duré plus de trois ans, cette thèse se propose de suivre, patiemment, les attachements que compose le Rize avec d’autres acteurs locaux (associations, chercheurs, passionnés, artistes). De ces attachements singuliers naissent autant d’enquêtes sur la catégorie de « mémoire », ainsi que des dispositifs qui font, littéralement, apparaître « la mémoire » à la vue du public (expositions, balades urbaines, médiations d’archives, brochures…). Hors de toute visée normative, cette thèse se propose en somme de décrire ce que la mémoire fait-faire, et plus précisément ce qu’elle « nous » fait-faire et « nous » fait devenir.

  • Titre traduit

    Pragmatic of memory : a Villeurbanese inquiry


  • Résumé

    From a pragmatist and ethnomethodological perspective, this thesis aims to describe the investigation on memory leaded in Villeurbanne under the aegis of « Le Rize ». This « Center memories and society », inaugurated in 2008 by the mayor Jean-Paul Bret (PS), had a mission which was summed up in one sentence : with our memories, make society. The challenge is, then, to document the sociogenetic exploration of Le Rize, using specifically the theory of inquiry of J. Dewey. "Memory" and "society", here, are no longer what the historian and sociologist theorize, define - and, often, regulate - : they are constituted as themes and as resources by the actors themselves . Le Rize then appeared as the privileged operator of a public inquiry into memory, itself long held in Villeurbanne. Based on an immersive field work, which lasted more than three years, this thesis aims to patiently follow the attachments, the collaborations between « Le Rize ». and other local actors (associations, researchers, enthusiasts, artists). These singular attachments give rise to a myriad of investigations into the category of "memory", as well as devices that make "memory" literally appear to the public view. Out of any normative aim, this thesis aims to describe what memory does, and more precisely what it does-to-us and what it makes-us-be.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 01-09-2022

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.