“DONNA ROSANNA METTEVA FLUXUS IN CASCINA” : Rosanna Chiessi et les éditions Pari & Dispari à Reggio Emilia et Cavriago (1971-1992) : une expérience de l’art entre continuité et rupture avec le territoire

par Deborah Walker

Thèse de doctorat en Arts

Sous la direction de Olivier Lussac.

Le président du jury était Fabrice Flahutez.

Le jury était composé de Olivier Lussac, Roberto Barbanti, Elena Biserna, Elena Di Pede, Rosaria Iounes-Vona, Éric Villagordo.

Les rapporteurs étaient Fabrice Flahutez, Roberto Barbanti.


  • Résumé

    Rosanna Chiessi crée les éditions d’art Pari & Dispari en 1971 à Reggio Emilia. Cette ville du Nord de l’Italie avait connu, dès les années 60, une saison de renouvellements sur les plans économique et culturel, menés par l’administration locale du Parti Communiste Italien. L’activité de Pari & Dispari se concentre à la fois dans la publication de multiples, pour la plupart d’œuvres imprimées ou de portfolios d’artistes contemporains italiens et étrangers, mais s’étend également à l’organisation d’évènements pluridisciplinaires. Dans les années 70, Rosanna Chiessi collabore avec le collectionneur Francesco Conz et le galeriste Giuseppe Morra à la promotion d’artistes de performance en Italie. Certains d’entre eux font partie du groupe Fluxus et fréquentent sa grande maison rurale à Cavriago, un laboratoire expérimental où l’art et la vie se mélangent à travers des événements artistiques "populaires". Le premier d’entre eux a lieu en 77 et s’appelle Tendenze d’Arte Internazionale, un festival qui remplit d’expositions et performances les lieux de vie des habitants, église comprise. L’initiative ne manquera pas de diviser le village vis-à-vis de Pari & Dispari et de l’art contemporain. Toutefois, l’intention de Rosanna résonnait avec d’autres initiatives promues dans ce territoire à l’époque. Des efforts de rapprochement entre création artistique et population avaient été tentés par l’administration communale de Reggio Emilia, à travers la promotion de la neo-avantgarde littéraire du Gruppo ’63, des spectacles du Living Theatre et du projet Musica / Realtà, qui amenait la musique contemporaine dans des sites populaires de toute la province. À travers le témoignage des personnes ayant collaboré avec Pari & Dispari à l’époque, notre recherche essaie de comprendre la façon d’opérer de Rosanna Chiessi en relation avec l’identité d’un territoire marqué par son tissu socialiste et par une forte identification à la mémoire de la Résistance. Une identité que Rosanna ne manque pas de revendiquer tout au long de sa vie, qui influence la relation à l’art qu’elle souhaite transmettre autour d’elle et qui trouve résonance chez les artistes Fluxus. À ce propos, la pièce Per Arco de l’artiste Giuseppe Chiari s’offre en tant qu’exemple. Associant le son des bombes à la présence d’un violoncelle, elle propose un état de suspension, à la fois en continuité avec le vécu collectif, mais en rupture totale avec la tradition musicale.

  • Titre traduit

    “DONNA ROSANNA METTEVA FLUXUS IN CASCINA” : Rosanna Chiessi and the editions Pari & Dispari in Reggio Emilia and Cavriago (1971-1992) : an art experience between continuity and rupture with the territory


  • Résumé

    Rosanna Chiessi founded the art publishing house Pari & Dispari in 1971 in Reggio Emilia. Since the early 1960s this northern Italian city had experienced a period of economic and cultural renewal led by the local administration of the Italian Communist Party. Pari & Dispari was mainly involved in the publication of multiples, printed works or portfolios of contemporary Italian and foreign artists, and also in the organization of multidisciplinary events. In the 1970s, Rosanna Chiessi together with the collector Francesco Conz and the gallery owner Giuseppe Morra promoted the work of performance artists in Italy. Some of them were part of the Fluxus group and they used to stay at her large rural house in Cavriago, which was an experimental laboratory where art and life were brought together through "popular" artistic events. The first event took place in 1977 and was called Tendenze d'Arte Internazionale. It was a festival that brought exhibitions and performances into the every-day life of the local population including the church. The reactions of the local people to Pari & Dispari and contemporary art were sharply divided. However, Rosanna's intentions were in line with other local initiatives in this period. The municipal administration of Reggio Emilia was trying to bring artistic creation closer to the people by promoting the neo-avantgarde literature of Gruppo '63, the performances of the Living Theatre and the Musica / Realtà project, which brought contemporary music to public places all over the province. Through the testimony of those who collaborated with Pari & Dispari at the time, this research tries to understand Rosanna Chiessi’s way of operating in relation to the identity of a territory marked by socialist values and strong identification with the memory of the Resistance. Throughout her life Rossana consistently identified with this political stance which influenced her relationship to the art she promoted and was echoed by the Fluxus artists. In this context, the piece Per Arco by the composer Giuseppe Chiari is a good example of this approach. By associating unusual gestures on the cello with the sound of bombs falling, it proposes something which is both in continuity with collective experience, and in total opposition to musical tradition.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.