Diversité des communautés d’arthropodes et efficacité de la lutte biologique contre les insectes ravageurs

par Niry Tiana Dianzinga

Thèse de doctorat en Biologie des populations et écologie

Le président du jury était Bernard Reynaud.

Les rapporteurs étaient Yannick Outreman, Laurence Després.


  • Résumé

    La connaissance des patrons de diversité des communautés d’insectes herbivores occupe une part importante dans la recherche écologique. Elle est nécessaire en vue d’une lutte biologique, sachant que certains insectes herbivores sont capables de devenir des ravageurs de cultures. Les ennemis naturels et les variables environnementales font partie des facteurs structurant les communautés d’insectes herbivores. Alors que les ennemis naturels assurent la régulation des insectes herbivores, les variables environnementales vont plutôt influencer leur diversité et leur distribution spatiale. L’objectif principal de cette thèse était de comprendre les effets des traits de paysage sur la diversité des communautés de thrips herbivores suivant le gradient altitudinal de La Réunion et d’étudier les effets de la diversité des ennemis naturels dans le contrôle biologique des thrips ravageurs. Dans la première étude, les thrips ont été échantillonnés suivant des gradients d'altitude répliqués, et à chaque site d'échantillonnage, les caractéristiques du paysage et les variables abiotiques ont été estimées dans des zones tampons entourant le site. L’étude a révélé que la plus grande diversité des thrips à La Réunion se concentre en basse altitude, bien que les habitats dans ces altitudes soient fortement dégradés. La diversité des thrips a été particulièrement insensible à la fragmentation et, l’hétérogénéité du paysage et la quantité d’habitat ont interagi pour affecter positivement la diversité des thrips. Dans la deuxième étude, nous avons manipulé dans des cages placées sous serre, des communautés composées de deux thrips ravageurs, Thrips parvispinus et Frankliniella occidentalis, et deux espèces d’acariens prédateurs Amblyseius swirskii et Proprioseiopis mexicanus. L’étude a montré que deux prédateurs assurent une meilleure régulation qu’un seul prédateur, confirmant ainsi l’importance de maintenir de la biodiversité au niveau trophique supérieur dans le contrôle biologique des herbivores. Par ailleurs, l’étude a révélé l’existence possible d’un compromis entre la compétition pour la ressource et la dispersion chez les prédateurs, appelé «The, competition-colonization trade-off », permettant ainsi leur coexistence malgré leur interaction dans une prédation intraguilde.

  • Titre traduit

    Community diversity of Arthropods and biological control effectiveness of pest insects


  • Résumé

    Understanding of driving forces that affect diversity in herbivorous insect communities figures prominently in ecological research, and is necessary for integrated pest management, because some herbivorous insect can become crop pests. Natural enemies and environmental variables are among factors that structure herbivorous insect communities. While natural enemies regulate herbivorous insects, environmental variables affect their diversity and their spatial distribution. The main goal of this thesis was to understand effects of landscape features on diversity of herbivorous thrips communities along elevational gradients in Reunion, and to investigate effects of natural enemy diversity in biological control of pest thrips. In first study, thrips were sampled along replicated elevational gradients, and at each sampling site, landscape features and abiotic variables were estimated within buffers surrounding the site. Study has shown that the greatest diversity of thrips in Reunion is concentrated at lower elevation, although habitats situated in these localities are highly degraded. Thrips diversity was not affected by fragmentation but landscape heterogeneity and habitat amount interacted to affect positively thrips diversity.In second study, we manipulated communities composed of two pest thrips Thrips parvispinus and Frankliniella occidentalis, and two predatory mites Amblyseius swirskii and Proprioseiopis mexicanus. These communities were in cages and were established in greenhouse. Study has shown that both predators are better than one in thrips regulation. That confirms the necessity to maintain biodiversity at the upper trophic level for herbivore control. Moreover, this study revealed that despite intraguild predation, predators would have coexisted because of competition-colonization trade-off.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de La Réunion. Service commun de la documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.