Couche limite turbulente sur paroi rugueuse : étude expérimentale et modélisation

par Damien Toussaint

Thèse de doctorat en Dynamique des fluides

Sous la direction de François Chedevergne et de Olivier Léon.


  • Résumé

    Les écoulements sur parois rugueuses apparaissent dans de nombreuses situations environnementales ou industrielles, notamment dans l'aéronautique. Par rapport au cas idéal d'une paroi lisse, une augmentation de traînée et du flux de chaleur pariétal, susceptible de dégrader les performances d'un système (aile, machine tournante...), est induite par les rugosités. La prise en compte des effets des rugosités est ainsi souhaitable dans tout processus de conception. Plusieurs approches permettent de modéliser les effets de ces rugosités. Dans le cadre de cette étude, on considère la Méthode par Eléments Discrets Rugueux (DERM). Celle-ci, dont l'objectif est représenter de manière moyennée l'influence d'une paroi rugueuse sur un écoulement, est obtenue en appliquant une moyenne de volume et d'ensemble aux équations de Navier-Stokes. De nouveaux termes, notamment de traînée des rugosités et de tensions turbulentes et dispersives, apparaissent alors dans les équations. Cette étude consiste donc à proposer des pistes de fermeture pour ces termes. Pour ce faire, une campagne de mesures par LDV est réalisée afin de caractériser un écoulement de couche limite turbulente sur paroi rugueuse. Un accent particulier est accordé à l'obtention de mesures au plus près des rugosités, notamment dans leurs sillages, là où la littérature est pauvre en données. Une base de données numérique d'écoulements de canal turbulents sur paroi rugueuse est également constituée à l'aide de simulations RANS réalisées sur des rugosités résolues. Les résultats numériques sont confrontés aux mesures afin de s'assurer qu'ils sont bien représentatifs de l'écoulement réel. Ils sont enfin analysés afin de mettre en lumière le comportement des termes de l'approche DERM et de construire des modèles de fermeture.

  • Titre traduit

    Experimental investigation and numerical modelling of turbulent boundary layer flows over rough surfaces


  • Résumé

    Turbulent flows over rough walls can be found in various environmental and engineering situations. Focusing on aeronautical applications, unwanted rough surfaces are likely to decrease the overall efficiency of a system, skin friction, and heat transfer coefficients being generally increased compared to ideal smooth-wall situations. A careful account of the aerodynamic effects induced by surface roughness is therefore important in a design process, and several prediction strategies may be considered. The Discrete Element Roughness Method (DERM) is considered in the present study. This approach aims at resolving the averaged roughness effects and is derived by ensemble- and volume-averaging the Navier–Stokes equations, yielding three unknown terms in the momentum equation: the Reynolds stress and dispersive stress tensors and the average drag force acting on the roughness elements. The present work aims at proposing guidance for their modelling. First, a LDV measurement campaign was conducted to investigate turbulent boundary layer flows over rough surfaces. Measurements were especially performed within the roughness wake regions, that are not extensively investigated in the literature. Second, RANS simulations of turbulent channel flows over resolved rough surfaces were performed. The numerical results were then compared to the experimental data to assess the validity of the RANS simulations. Finally, these numerical results were analysed to highlight the behavior of the specific DERM terms and propose guidance for their modeling.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Institut national polytechnique. Service commun de la documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.