Thèse soutenue

Evolution des galaxies dans des environnements denses observées par l'instrument MUSE, une approche cinématique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Valentina Luisa Abril Melgarejo
Direction : Philippe AmramBenoît Epinat
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Physique et sciences de la matière. Astrophysique et cosmologie
Date : Soutenance le 19/10/2020
Etablissement(s) : Aix-Marseille
Ecole(s) doctorale(s) : Ecole Doctorale Physique et Sciences de la Matière (Marseille)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire d'Astrophysique de Marseille (LAM)
Jury : Président / Présidente : Véronique Buat
Examinateurs / Examinatrices : Bernd Vollmer, Claudia Lucia Mendes de Oliveira
Rapporteurs / Rapporteuses : Mathieu Puech, Laurence Tresse

Résumé

FR  |  
EN

Les galaxies se forment et évoluent dans différents environnements, façonnées par la distribution des halos de matière noire. L'évolution des galaxies dans les environnements à faible densité (EFD) diffère considérablement de celles des structures denses (SD), où les facteurs environnementaux réduisent la teneur en gaz en éteignant leur TFE plus tôt que leurs homologues isolées. Le but de ce travail est d'étudier la Relation Tully Fisher (RTF) des galaxies en groupes à z intermédiaires. Cette relation fournit des informations clés sur le support dynamique, ainsi que sur la formation et l'état évolutif des galaxies. L'avènement de puissants instruments IFS comme MUSE, permet d'effectuer des études spatialement résolues à z intermédiaires. Cette recherche est basée sur l'exploitation d'un échantillon unique de 12 groupes de galaxies sélectionnés de l'enquête GTO MUSE gAlaxy Groups In Cosmos (MAGIC), à 0,3 <z<0,8. La cinématique a été extraite à l'aide du doublet [OII]. Une décomposition disque-bulbe et une modélisation cinématique 2D ont été appliquées pour récupérer la V max (2,2 Rd), le sigma intrinsèque et la masse dynamique. J'ai effectué une sélection d'échantillons en fixant des limites sur la résolution spatiale et sur le RSB, notre méthode réduit le nombre de galaxies dominées par le sigma. J'ai trouvé que les fractions de masse stellaire et baryonique augmentent avec la masse stellaire, et un décalage du z0 de la RTF entre différents environnements qui implique que les galaxies dans des SD tournent plus vite que dans des EFD. L'évolution du TFR en milieu dense pourrait être due à une combinaison d'extinction du FE et de contraction du contenu baryonique